Les grandes villes entraînent les plus grands risques pour notre survie

Les maladies infectieuses émergentes (MIE) sont reconnues comme des agents pathogènes dont l’incidence dans les populations hôtes a augmenté au cours des deux dernières décennies ou menace d’augmenter dans un proche avenir. En plus de décrire la propagation d’agents pathogènes nouvellement évolués ou non détectés auparavant, d’agents pathogènes qui augmentent leur répartition géographique, augmentent leur impact, modifient leur présentation clinique ou se déplacent vers des hôtes humains pour la première fois, le terme émergence peut également être utilisé pour décrire la réapparition (ou réémergence) d’une infection connue après une baisse d’incidence.

On estime qu’entre 60 et 80 % des infections nouvellement émergentes sont d’origine zoonotique et dépendent donc (au moins initialement) d’un réservoir animal pour leur survie. Parmi ces zoonoses émergentes, au moins 70 % ont une origine faunique, la propagation et la transmission inter-espèces représentant une réponse naturelle aux pressions évolutives de l’écologie des pathogènes. Bien que la faune et les réservoirs d’animaux domestiques puissent être considérés comme des sources importantes de MIE, c’est l’influence anthropique sur les systèmes écologiques qui dicte le niveau de risque qui opère à l’interface entre les humains et les animaux lors de l’émergence de maladies zoonotiques.

L’humanité bâtisse ses propres menaces : les grandes villes

Les niveaux actuels d’interaction homme-écosystème, induits par un empiétement accru sur l’environnement et le changement d’utilisation des terres (exploitation des ressources naturelles et des pratiques agricoles), et des effets environnementaux tels que le changement climatique, entraîneront une altération de l’habitat et des changements dans l’ensemble des espèces et les taux de contact qui favorisent l’émergence de maladies zoonotiques.

La propagation et la persistance d’agents pathogènes nouvellement émergés (ou réémergés) peuvent alors être perpétuées par une combinaison de facteurs, notamment l’expansion des populations humaines mondiales et l’urbanisation, le commerce et les voyages internationaux, les systèmes d’élevage intensifs, la prolifération des populations de réservoirs et l’utilisation de médicaments antimicrobiens. Le changement d’affectation des terres, par des influences anthropiques induites par la population, telles que la foresterie, l’exploitation minière, l’agriculture et le développement urbain et industriel, est fréquemment associé à l’émergence de maladies.

L’urbanisation peut être considérée comme l’un des principaux moteurs du changement d’affectation des terres qui devrait augmenter à un rythme sans précédent dans les décennies à venir, en particulier dans les pays en développement, alors qu’une grande partie de 90 % de la croissance démographique devrait se produire dans les villes. La densité et la croissance de la population humaine sont des prédicteurs significatifs des événements historiques des MIE, et par conséquence, l’urbanisation est susceptible d’avoir un effet profond sur la santé publique, car les agents pathogènes ruraux s’adaptent aux conditions urbaines et que d’autres agents pathogènes émergent (ou réapparaissent) dans les zones urbaines.

Des facteurs humains tels que la densité de la population, la migration, le commerce, l’assainissement et l’accès à l’eau potable peuvent favoriser la transmission d’agents pathogènes et modifier la dynamique des vecteurs, tandis que les facteurs sociaux qui entraînent les inégalités en matière de santé (statut socio-économique, logement, race, origine ethnique, sexe et éducation) influencent également l’épidémiologie de la maladie infectieuse dans les zones urbaines. Pour les villes des pays en développement, les effets épidémiologiques de ces facteurs sont souvent concentrés dans les établissements informels, où la croissance et la densité démographiques sont les plus élevées.

Les maladies infectieuses émergentes - Priorité santé

Les maladies zoonotiques : la revanche de la nature ?

Les maladies zoonotiques, également appelées zoonoses, sont des maladies causées par des germes qui se transmettent entre les animaux et les humains. « En termes simples, une maladie zoonotique est une maladie qui provient des animaux et qui peut provoquer des maladies chez les humains », a déclaré Barbara Han, écologiste des maladies au Cary Institute of Ecosystem Studies à New York.

Les zoonoses sont répandues dans le monde ; ils peuvent être causés par des virus, des bactéries, des parasites ou des champignons et peuvent entraîner une maladie légère, grave ou la mort. Les experts estiment qu’environ 60 % des maladies infectieuses connues chez l’homme peuvent être transmises par les animaux, et 3 nouvelles maladies sur 4 chez l’homme sont d’origine animale, selon le Center for Disease Control and Prevention (CDC).

Le contact direct avec les animaux est le moyen le plus simple pour les maladies de se propager des animaux aux humains, par exemple en les caressant, en les manipulant ou en se faisant mordre ou griffer par un animal. Les personnes qui travaillent dans l’industrie de l’élevage ou dans les industries de soins aux animaux sont plus susceptibles d’être exposées aux maladies zoonotiques, car elles sont souvent en contact direct avec les animaux. Les animaux domestiques peuvent également être une source directe d’exposition, tout comme les animaux sauvages qui entrent en contact avec les chasseurs.

Le fait de passer du temps dans des zones où vivent des animaux peut entraîner une exposition indirecte aux agents de maladies zoonotiques par contact avec l’eau ou des surfaces avec lesquelles les animaux infectés sont également entrés en contact. Certains germes zoonotiques peuvent même contaminer l’air que nous respirons. Les hantavirus, par exemple, sont une famille de virus propagés par les rongeurs, mais rarement par contact direct. Au lieu de cela, les virus se propagent plus souvent dans des morceaux aérosols de matières fécales infectées par le rongeur.

Les maladies zoonotiques peuvent également être transmises des animaux aux humains par le biais d’insectes qui agissent comme des « intermédiaires » ou des vecteurs de l’agent pathogène. Les tiques, par exemple, transfèrent des agents pathogènes à diffusion hématogène, tels que les bactéries responsables de la maladie de Lyme, d’un animal infecté à d’autres animaux et les humains. Les moustiques et les puces sont également des vecteurs courants de maladies zoonotiques, telles que le virus Zika (transmis par les moustiques) et la bactérie responsable de la peste (transmise par les puces).

Les gens peuvent également attraper des maladies zoonotiques en consommant des aliments contaminés. Manger de la viande ou des œufs insuffisamment cuits ou manger des produits non lavés contaminés par des excréments d’animaux peut entraîner des maladies causées par des germes portés par un animal. Boire du lait cru non pasteurisé ou de l’eau contaminée peut également entraîner la propagation de maladies zoonotiques aux humains.

Exemples de maladies zoonotiques

L’Organisation mondiale de la santé travaille avec des groupes gouvernementaux et non gouvernementaux du monde entier pour identifier et gérer la menace mondiale des maladies zoonotiques.

En mai 2019, le CDC a publié un rapport réalisé en collaboration avec le Département américain de l’agriculture (USDA) et le ministère de l’Intérieur, décrivant les huit maladies zoonotiques les plus préoccupantes aux États-Unis. Ils ont dressé la liste suivante :

  • Grippe zoonotique
  • Salmonellose
  • Virus du Nil occidental
  • Peste
  • Coronavirus émergents
  • Rage
  • Brucellose
  • Maladie de Lyme

La grippe zoonotique est une grippe causée par des virus d’origine animale ou des virus de la grippe de type A. Sur les quatre types de virus de la grippe, les virus de type A causent la maladie la plus grave et se trouvent chez les canards, les poulets, les porcs, les baleines, les chevaux, les phoques et les chats, selon le CDC. Seuls les virus de la grippe de type A sont connus pour provoquer des pandémies de grippe ou des épidémies mondiales de grippe. Les virus de la grippe de type A et de type B peuvent provoquer des épidémies de grippe saisonnière, mais les virus de type B ne circulent que chez l’homme. Les virus de la grippe de type C causent rarement des maladies graves, tandis que le type D infecte principalement les bovins et n’est pas connu pour infecter les humains.

La salmonellose est une maladie causée par une infection par une bactérie provenant de produits alimentaires contaminés. La contamination se produit généralement après que les excréments infectés d’un animal entrent en contact avec n’importe quoi, et les gens consomment ou touchent ensuite ces articles avant de se laver les mains. La salmonellose est l’une des infections bactériennes les plus courantes aux États-Unis, mais la grande majorité des personnes infectées guérissent de leurs symptômes en deux à sept jours sans traitement.

Le virus du Nil occidental et la bactérie responsable de la peste sont, tous les deux, transmis par des insectes vecteurs. Les moustiques transportent le virus du Nil occidental d’un animal infecté (le plus souvent un oiseau) à une personne, et les puces transportent la bactérie responsable de la peste Yersinia pestis des rongeurs aux humains. Moins de 1 % des personnes infectées par le virus du Nil occidental développent des symptômes graves et les antibiotiques sont très efficaces pour traiter la peste.

Maladies infectieuses émergentes : à l'heure où elles se propagent

Les coronavirus sont une grande famille de virus qui infectent les oiseaux et les mammifères. Ces types de virus ont été responsables de plusieurs épidémies dans le monde, notamment la pandémie du syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS) de 2002-2003 et la pandémie actuelle de COVID-19. Il y a sept coronavirus connus pour infecter les humains, mais tous ne sont pas passés directement de leur hôte d’origine aux humains. Des précurseurs du virus du SRAS ont été trouvés chez des chauves-souris, mais le virus a sauté sur des civettes (petits mammifères nocturnes) avant d’infecter les humains. Le virus SARS-CoV-2, qui cause le COVID-19, peut également provenir de chauves-souris, mais on ne sait toujours pas comment le virus s’est propagé aux humains

La rage est une maladie virale qui affecte de nombreux mammifères, y compris les humains. En France, la rage se trouve principalement chez les chauves-souris, mais les chiens domestiques non vaccinés peuvent également porter et transmettre le virus. Le virus se propage par la morsure ou la griffure d’un animal enragé. La maladie provoque une inflammation du cerveau et entraînera la mort si elle n’est pas traitée avant le début des symptômes.

La brucellose, ou fièvre méditerranéenne, est une maladie causée par diverses espèces de bactéries que l’on trouve le plus souvent dans le bétail, comme les bovins, les moutons, les porcs et les chèvres, bien que les chiens domestiques puissent également être porteurs de la bactérie responsable de la maladie. Une personne peut être infectée par la bactérie en consommant de la viande insuffisamment cuite ou des produits laitiers non pasteurisés, ou en manipulant des animaux infectés. La mort par brucellose est rare, mais les symptômes peuvent durer des semaines à plusieurs mois.

La maladie de Lyme est la maladie à transmission vectorielle la plus courante en Europe. La maladie est causée par des espèces de bactéries qui sont transmises par deux espèces de tiques à pattes noires (également appelées tiques du chevreuil) : Ixodes scapularis et Ixodes pacificus. Les tiques ne naissent pas avec la bactérie, mais elles la ramassent lorsqu’elles se nourrissent d’un animal infecté, comme une souris ou un cerf.

Pourquoi les zoonoses sont-elles une préoccupation croissante ?

Les zoonoses sont un problème majeur de santé humaine pour deux raisons : la fréquence des maladies zoonotiques augmente ; et il est difficile de prédire où ils vont se présenter. Les scientifiques ne savent pas exactement pourquoi les maladies zoonotiques semblent augmenter, mais ils émettent des hypothèses fortes.

L’une des raisons les plus simples pourrait être que les gens envahissent plus souvent les habitats des animaux, ce qui facilite davantage d’interactions entre les humains et les animaux. Lorsque nous creusons des forêts pour l’exploitation forestière ou que nous empiétons sur des habitats… nous créons des scénarios favorables à ce phénomène.

Certaines pratiques culturales peuvent également contribuer à de maladies zoonotiques. Par exemple, de nombreuses personnes en Europe pratiquent la chasse et, dans de nombreux endroits du monde, c’est la principale source de protéines. Faire pression sur l’environnement par la chasse et le développement déséquilibre l’écosystème, ce qui rend plus difficile la survie des animaux. Les animaux sont obligés de voyager plus loin et de chercher plus durement de la nourriture ou des partenaires, et dans cette condition de stress chronique, ces animaux sont plus sensibles aux maladies et plus susceptibles de propager des maladies aux humains. Ces pratiques de chasse offrent également plus de possibilités aux personnes d’être exposées aux maladies zoonotiques.

Une autre raison potentielle pour laquelle les maladies zoonotiques sont en augmentation est que les gens sont plus connectés les uns aux autres que jamais auparavant, offrant plus de possibilités pour les maladies zoonotiques de se propager loin de leur origine. La connectivité est un problème énorme, même les endroits relativement éloignés sont plus connectés aujourd’hui qu’ils ne l’ont jamais été dans le passé.