coronavirus a aidé à améliorer l’environnement

Est-ce vrai que le coronavirus a aidé à améliorer l’environnement ? À quel prix ?

Le nouveau coronavirus (SARS-CoV2) a généré un impact sans précédent dans la plupart des pays du monde. Le virus a touché presque tous les pays de la planète (213 au total), s’est propagé à plus de 2 millions de personnes et a causé environ 130000 décès. Actuellement, la plupart des pays ont tenté de lutter contre la propagation du virus avec des tests de dépistage massifs du COVID-19 et la mise en place de politiques publiques de distanciation sociale. Il est clair que la priorité tourne autour de la santé des personnes.

Pour cette raison, l’impact indirect du virus sur l’environnement a été peu analysé. Les premières études ont estimé un impact indirect positif sur l’environnement. D’une part, les climatologues prédisent que les émissions de gaz à effet de serre (GES) pourraient chuter à des proportions jamais vues depuis la Seconde Guerre mondiale. Ce résultat est principalement dû aux politiques de distanciation sociale adoptées par les gouvernements à la suite de l’apparition de la pandémie.

Les effets des mesures d’urgence dans les différents pays du monde

Par exemple, dans la province du Hubei (Chine), de fortes mesures de distanciation sociale ont été mises en œuvre fin 2019. Ces mesures ont affecté les principales activités économiques du pays. En conséquence, les centrales électriques et les installations industrielles ont arrêté leur production. En outre, l’utilisation des véhicules a considérablement diminué. Tout cela a conduit à une réduction spectaculaire des concentrations de dioxyde d’azote (NO2) et de particules de diamètre inférieur à 2,5 μm (PM 2,5) dans les principales villes chinoises.

Dans d’autres parties du monde, comme l’Europe, la pollution de l’air a considérablement diminué depuis que les gouvernements ont ordonné aux citoyens de rester chez eux pour contenir la propagation du nouveau coronavirus. Les principales industries ainsi que d’autres activités régulières sont au point mort. Par exemple, l’utilisation de la voiture a diminué, ce qui a entraîné une diminution des GES. La figure illustre clairement une forte réduction des concentrations de NO2 dans des pays comme la France, l’Allemagne, l’Italie et l’Espagne.

De plus, les mesures de distanciation sociale adoptées par la plupart des gouvernements ont entraîné le nettoyage de nombreuses plages dans le monde. Ceci est le résultat de la réduction des déchets générés par les touristes qui visitent les plages. De même, les niveaux de bruit ont considérablement baissé dans la plupart des pays. La diminution de l’utilisation des transports privés et publics, ainsi que des activités commerciales, a entraîné une réduction du bruit.

Les conséquences environnementales indésirables des mesures d’urgence

Malgré les effets indirects positifs sur l’environnement, le nouveau coronavirus a également généré des effets indirects négatifs. Par exemple, aux États-Unis, certaines villes ont suspendu les programmes de recyclage parce que les autorités s’inquiètent du risque de propagation du virus dans les centres de recyclage. En revanche, dans les pays européens particulièrement touchés, la gestion durable des déchets a été limitée. Par exemple, l’Italie a interdit aux résidents infectés de trier leurs déchets.

D’un autre côté, certaines industries ont saisi l’occasion d’abroger les interdictions relatives aux sacs jetables. Les entreprises qui encourageaient autrefois les consommateurs à apporter leurs sacs se sont de plus en plus tournées vers des emballages à usage unique. Par exemple, une entreprise de café populaire a annoncé une interdiction temporaire de l’utilisation de tasses réutilisables. Enfin, les commandes de produits alimentaires en ligne ont augmenté. Ces croissances se traduisent par une augmentation des déchets ménagers, tant organiques qu’inorganiques.

L’impact d’une maladie respiratoire sur la pollution aérienne dans le monde

La qualité de l’air est essentielle pour la santé des gens ; cependant, 91% de la population mondiale vit dans des endroits où la mauvaise qualité de l’air dépasse les limites autorisées). Les conséquences de la dégradation de la qualité de l’air se manifestent chaque année par un pourcentage significatif de mortalité mondiale. À cet égard, le rapport 2016 de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) indique que la pollution de l’air contribue à près de 8% du nombre total de décès dans le monde ; les pays les plus touchés étant ceux d’Afrique, d’Asie et d’une partie de l’Europe

La Chine a mis en œuvre des restrictions de circulation strictes et des mesures d’auto-quarantaine pour contrôler l’expansion du SRAS-CoV2. Ces actions ont généré des changements dans la pollution atmosphérique. En raison de la quarantaine, le NO2 a été réduit de 22,8 μg / m3 et 12,9 μg / m3 à Wuhan et en Chine, respectivement. Les PM 2,5 ont diminué de 1,4 μg / m3 à Wuhan mais ont diminué de 18,9 μg / m3 dans 367 villes.

D’autre part, les lectures du satellite Copernicus Sentinel-5P montrent une diminution significative des concentrations de NO2 sur Rome, Madrid et Paris, les premières villes d’Europe à mettre en œuvre des mesures de quarantaine strictes.

En outre, le service de surveillance de l’atmosphère Copernicus (CAMS) de l’Union européenne a observé une baisse des PM 2,5 en février dernier par rapport aux trois années précédentes. Selon CAMS (2020), une baisse d’environ 20 à 30% des PM 2,5 est observée dans de grandes parties de la Chine, en comparant la différence entre la moyenne mensuelle de février 2020 et la moyenne des moyennes mensuelles de février 2017, 2018, et 2019. Rien qu’en Chine, toutes ces améliorations de la qualité de l’air ont généré des avantages pour la santé humaine qui ont dépassé en nombre les décès confirmés par le SRAS-CoV2 jusqu’à présent.

La vie sur Terre réellement devient plus apaisable ?

Les plages sont l’un des actifs en capital naturel les plus importants des zones côtières. Ils fournissent des services (terres, sable, loisirs et tourisme) qui sont essentiels à la survie des communautés côtières et possèdent des valeurs intrinsèques qui doivent être protégées de la surexploitation. Cependant, l’utilisation non responsable par les personnes a amené de nombreuses plages dans le monde à présenter des problèmes de pollution. Le manque de touristes, en raison des mesures de distanciation sociale dues à la nouvelle pandémie de coronavirus, a provoqué un changement notable dans l’apparence de nombreuses plages dans le monde. Par exemple, des plages comme celles d’Acapulco (Mexique), de Barcelone (Espagne) ou de Salinas (Équateur) semblent désormais plus propres et aux eaux cristallines.

Le bruit ambiant est défini comme un son indésirable qui pourrait être généré par des activités anthropiques (par exemple, des activités industrielles ou commerciales), le transit de véhicules à moteur et des mélodies à volume élevé. Le bruit ambiant est l’une des principales sources d’inconfort pour la population et l’environnement, causant des problèmes de santé et modifiant les conditions naturelles des écosystèmes. L’imposition de mesures de quarantaine par la plupart des gouvernements a obligé les gens à rester chez eux. Avec cela, l’utilisation des transports privés et publics a considérablement diminué. De plus, les activités commerciales ont presque entièrement cessé. Tous ces changements ont fait chuter considérablement le niveau de bruit dans la plupart des villes du monde.

Où finissent-ils tous les déchets médicaux de la lutte contre le coronavirus ?

La production de déchets organiques et inorganiques s’accompagne indirectement d’un large éventail de problèmes environnementaux, tels que l’érosion des sols, la déforestation, la pollution de l’air et de l’eau. Les politiques de quarantaine, mises en place dans la plupart des pays, ont conduit les consommateurs à augmenter leur demande d’achats en ligne pour la livraison à domicile. Par conséquent, les déchets organiques générés par les ménages ont augmenté. De plus, les aliments achetés en ligne sont expédiés emballés, de sorte que les déchets inorganiques ont également augmenté. Les déchets médicaux sont également en hausse. Les hôpitaux de Wuhan ont produit en moyenne 240 tonnes métriques de déchets médicaux par jour pendant l’épidémie, par rapport à leur moyenne précédente de moins de 50 tonnes. Dans d’autres pays comme les États-Unis, il y a eu une augmentation des déchets provenant des équipements de protection individuelle tels que les masques et les gants.

Le recyclage des déchets a toujours été un problème environnemental majeur intéressant tous les pays. Le recyclage est un moyen courant et efficace de prévenir la pollution, d’économiser l’énergie et de conserver les ressources naturelles. En raison de la pandémie, des pays comme les États-Unis ont arrêté les programmes de recyclage dans certaines de leurs villes, les autorités s’inquiétant du risque de propagation du COVID-19 dans les centres de recyclage. Dans les pays européens particulièrement touchés, la gestion des déchets a été limitée. Par exemple, l’Italie a interdit aux résidents infectés de trier leurs déchets. En outre, l’industrie a saisi l’occasion d’abroger les interdictions de sacs jetables, même si le plastique à usage unique peut encore héberger des virus et des bactéries.

https://twitter.com/bsaintorens/status/1254700333617610757

La Chine a demandé aux usines de traitement des eaux usées de renforcer leurs routines de désinfection (principalement par une utilisation accrue de chlore) pour empêcher le nouveau coronavirus de se propager dans les eaux usées. Cependant, il n’y a aucune preuve de la survie du virus SRAS-CoV2 dans l’eau potable ou les eaux usées. Au contraire, l’excès de chlore dans l’eau pourrait avoir des effets néfastes sur la santé des personnes.

Le train de vie modifié a jamais, l’environnemental aussi

À ce jour, le COVID-19 continue d’être un défi pour la santé publique mondiale. Le COVID-19 est la première pandémie de l’histoire à être causée par un coronavirus. Alors que les énormes effets négatifs de la vie à travers la pandémie COVID-19 sont évidents – stress psychologique, peur, graves pertes économiques mondiales, systèmes de santé débordés et perturbation générale des sociétés – la pandémie en cours peut également avoir des effets positifs indirects. Les épidémies de virus ont souvent des effets négatifs importants sur la santé humaine, mais les changements dans notre mode de vie dus aux réponses aux épidémies peuvent servir de démonstration de possibles changements positifs pour l’environnement, la santé des humains, des animaux et de l’écosystème.

Les directives de distanciation sociale et les quarantaines ont conduit à une diminution substantielle des déplacements domicile-travail, car de nombreux emplois passent au travail à domicile. Les quarantaines généralisées et les restrictions de voyage imposées par plusieurs pays ont entraîné une réduction de l’utilisation et de la demande de pétrole et de ses produits, ce qui a entraîné une réduction des émissions de fumée et de déchets en raison de la consommation de pétrole. Par exemple, l’Administration nationale de l’aéronautique et de l’espace (NASA) et l’Agence spatiale européenne (ESA) ont récemment signalé que la pollution atmosphérique par le dioxyde d’azote avait été considérablement réduite en raison de la quarantaine et du verrouillage communautaires à Wuhan et dans d’autres villes de Chine. Le Centre de recherche sur l’énergie et l’air pur a également signalé que les émissions de CO2 en Chine étaient en baisse de 25% dans les deux semaines suivant les vacances du Nouvel An chinois.

La pollution atmosphérique affecte le climat et peut induire des changements radicaux dans les écosystèmes, qui peuvent également exacerber les épidémies de maladies infectieuses en affectant les agents pathogènes, les hôtes, les vecteurs et la dynamique de transmission. La qualité de l’air en Chine a été réduite ces dernières années, ce qui a entraîné une augmentation des hospitalisations en raison de maladies respiratoires. La réponse du pays au COVID-19 a peut-être au moins partiellement ralenti cette tendance.

Les voyages aériens internationaux ont également considérablement diminué depuis le début de l’épidémie de COVID-19 en raison de la mise en œuvre de restrictions de voyage. Récemment, des restrictions de voyage étendues ont été mises en œuvre dans le monde entier. En mars 2020 et au milieu de l’urgence de santé publique mondiale COVID-19, des mesures de quarantaine et de verrouillage plus régionales sont également en cours de déploiement dans plusieurs régions telles que les États-Unis, l’UE, le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord, l’Asie et Australie. Très probablement, ces actions auront des effets positifs similaires sur la réduction de la pollution atmosphérique, au moins temporairement, comme observé en Chine grâce à une utilisation réduite des combustibles fossiles et à une réduction des rejets des systèmes de production.

Il y a encore des milliers des nouvelles choses à apprendre avant la prochaine pandémie

La pandémie COVID-19 est avant tout une urgence sanitaire mondiale avec de graves conséquences pour la santé et l’économie, mais elle peut également servir d’exemple pour montrer que des changements rapides et distincts dans les voyages et la production peuvent améliorer la qualité de l’air et réduire l’empreinte carbone qui se traduira par une meilleure santé environnementale. Il reste à voir dans quelle mesure les changements induits par la pandémie, tels que l’augmentation du télétravail et la réduction des déplacements, perdureront une fois la menace immédiate passée. De toute évidence, les mesures dramatiques prises pendant la pandémie ne peuvent pas être directement copiées en temps non pandémique pour obtenir des avantages positifs. Cependant, des leçons peuvent être tirées et que l’inspiration peut être tirée du fait que des réactions positives rapides sont observées lorsque des mesures sont prises.