Haut de page

Photothèque
Sonothèque
Bibliothèque
Saisir vos observations
L'espèce du mois

La Linotte mélodieuse

Elle est très remuante. Allons voir si elle n'en fait qu'à sa tête...

Espèce du mois
Lire la suite...
Photothèque Sonothèque Bibliothèque Saisir vos observations L'espèce du mois
Principaux sites IDF

> Les principaux sites d'Ile-de-France

Nord-Est

> Jablines

> Haute-Île

Sud-Est

> Lac de Créteil

> Plaine de Chanfroy

Sud-Ouest

> Etangs de Fausses-Reposes

> Etang des Noés

> Etangs de Saint-Hubert

Nord-Ouest

> Forêt de Saint-Germain-en-Laye

> Boucle de Moisson

> Domaine régional de Flicourt

Cimetières parisiens de banlieue

> Bagneux

> Pantin

> Thiais

> Ivry

Dans les Yvelines

Les étangs de Saint-Hubert

Moyen d'accès privilégié, le train en provenance de Paris-Montparnasse vous dépose à la gare du Perray-en-Yvelines. De là vous découvrirez plusieurs étangs, retenues d'eau aménagées, comme bien d'autres, pour les besoins du château de Versailles

PlanSaintHubert (72K)

Traversée du village

Une marche d'une demi-heure à travers le sympathique village du Perray puis la moins esthétique, mais pas inintéressante, Zone Industrielle vous conduit au premier étang.
En route quelques espèces villageoises que vous ne reverrez probablement pas plus tard : Choucas des tours dans l'église, Roitelet huppé dans le jardin communal, Tourterelle turque omniprésente, Cochevis huppé sur le stade de l'ASPTT, Rougequeue noir et Accenteur mouchet.
En hiver des fringilles et des pipits fréquentent les champs juste avant la Z.I.

Etang de Saint-Hubert

Juste après avoir traversé la N10, vous trouverez sur votre gauche une petite friche qui accueille l'Hypolaïs polyglotte, le Tarier pâtre et la Linotte mélodieuse.
Puis c'est le parking de l'Étang de Saint-Hubert (où débutent souvent les sorties CORIF). Le canal qui coupe la digue abrite souvent le Martin pêcheur et un coup d'œil sur l'étang permet de voir les nichées de grèbes huppés et de foulques macroules. Mais ce n'est pas là l'étang le plus intéressant, continuons…

A travers bois

À partir du parking, au printemps, empruntez le chemin qui s'enfonce dans le bois de Pourras. Les pics verts, épeiches et épeichettes, les sittelles et grimpereaux des jardins se font entendre ici. Dès mai, le Loriot d'Europe s'installe à la cime des arbres. C'est un bon endroit pour s'initier aux chants des passereaux forestiers.
En hiver, préférez le chemin qui suit l'orée du bois avec vue sur la Plaine du Perray. Une longue-vue s'avère nécessaire pour observer les troupes de Vanneaux huppés et de Pluviers dorés.

Sur la digue Napoléon

A l'entrée de la Digue Napoléon, recherchez dans les saules la Mésange boréale. Depuis la digue, observez l'étang de Pourras à la recherche des différents canards. Les mouettes rieuses s'installent souvent sur la gauche.
La rive nord, bordée de saules, cache parfois un héron pourpré ou un bihoreau gris.
Au printemps, mais surtout en août, le Balbuzard pêcheur fréquente cet étang et il n'est pas rare de le surprendre, perché sur un des piquets plantés dans l'eau.

Vers l'étang de Corbet

Dirigez vous vers la digue de Corbet en passant par le "Moulin" et la "Mare aux couleuvres". Les poteaux délimitant les pâtures à chevaux servent de perchoir au Pipit farlouse et au Tarier pâtre, nicheurs tous les deux. En période de migration les grandes troupes de pipits, bergeronnettes et linottes profitent des insectes attirés par le crottin de cheval.
Le verger peut également réserver des surprises et la Grive litorne y stationne souvent tard en saison. La haie qui borde la route qui mène à la digue de Corbet abrite les fauvettes grisettes et babillardes.

A la Canarderie

La digue séparant l'Etang de Corbet de l'Etang de Pourras est l'endroit idéal pour le pique-nique. Gardez les yeux au ciel car, aux heures les plus chaudes de l'été, les bondrées apivores et les faucons hobereaux sont fréquents. La Buse variable et l'Epervier d'Europe nichent à proximité.
Au printemps on peut entendre la Bouscarle de Cetti, le Phragmite des joncs et le Bruant des roseaux. En fin d'été lorsque le niveau est bas, scrutez la lisière des roseaux de Corbet à la recherche des râles d'eau et des jeunes blongios nains. Les vasières de Pourras accueillent alors les limicoles. Le coucher de soleil sur Pourras est légendaire, mais évitez l'automne saison de la chasse.

A travers champs et pâtures

Empruntez la Route de la chaussée neuve qui longe la ferme de Villarceau et ses chiens "accueillants". Le champ sur la gauche est souvent survolé par le Busard St Martin et le Traquet motteux en halte migratoire. Le tas de fumier (!) de la ferme attire le Bruant jaune. Plus loin, en face de la Ferme de Corbet, les patûres sont visitées par les grives draines et en hiver mauvis et litornes.
Empruntez la route forestière de Corbet ou du Grand Maître longeant la Ferme de Corbet. La petite friche accueille la Fauvette grisette et récemment la Pie-grièche écorcheur.

Sur le chemin du retour

Au carrefour des Petites Yvelines, coupez à travers bois. Le Pouillot siffleur est ici très présent dès mai. Le Loriot d'Europe, le Pic épeiche et le Grosbec casse-noyaux sont également observables.
Un peu plus loin sur la droite de la "Route des Étangs" on peut entendre au printemps le Pic noir. Le retour par le sud de l'étang devrait permettre de contacter le Rossignol philomèle (en mai), le Bouvreuil pivoine et la Mésange à longue queue.
Pour revenir plus vite à la gare, on peut couper par la Plaine du Perray, glaciale en hiver et torride en été ! Le Bruant proyer s'installe parfois en bordure de la N10. Les alouettes des champs, elles, sont garanties.

 

Renseignements pratiques

 

Comment s'y rendre

Par le train :
Départ de Paris-Montparnasse - arrêt au Perray-en-Yvelines.
Par la route :
Le parking, dont il est question au début, se trouve sur la D 991 qui relie la D 910 à la D 191.

Cartes à consulter

Carte routière Michelin : n° 106 - plis 27 et 28
Carte IGN : 2215 OT (Forêt de Rambouillet) - plis B5-B6