Haut de page

Photothèque
Sonothèque
Bibliothèque
Saisir vos observations
L'espèce du mois

Le Faucon hobereau

Venez découvrir cet élégant faucon élancé...

Espèce du mois
Lire la suite...
Photothèque Sonothèque Bibliothèque Saisir vos observations L'espèce du mois
L'espèce du mois

Le Tarin des aulnes

C'est avec le Pinson du Nord ou encore la Grive mauvis l'un des Passereaux dont l'arrivée sous nos latitudes annonce le retour des frimas.
Partez à sa recherche au bord de la rivière...

Tarin des aulnes, Carduelis spinus. Famille des Fringillidés.

tarin

Strobiles de l'aulne, le mets préféré des tarins...
Photo © Cyrille Frey / Corif

  tarin

Photo © Corif

 

Une appellation qui va de soi...

Une bande de Tarins des aulnes se signale le plus souvent par ses cris. Un concert de brèves notes métalliques et froides dans les grands saules, une petite troupe, typiquement de vingt ou trente Passereaux trapus qui se déplacent de cime en cime...
Enfin saisis aux jumelles, les vagabonds révèlent le bec puissant d'un Fringillidé, le plumage strié et bariolé : ventre clair, poitrine jaune, tête jaune et noir, dos verdâtre, ailes aux motifs contrastés vert-jaune. Puis les Tarins s'envolent de nouveau, et font halte, enfin, dans un aulne !

Une bande de Tarins dévalisant un vieux vergne est une des belles observations réalisables en hiver. Perchés, parfois suspendus tête en bas aux plus fines brindilles, les oiseaux se laissent approcher à quelques mètres, tout à leur tâche : extraire les graines des strobiles - ces fruits en forme de pommes de pin miniature caractéristiques de l'aulne. Silence, on mange ! Plus de cris, mais l'incessant "tic-tic" des becs extrayant sans ménagement les graines minuscules.

C'est l'occasion d'observer tous les détails du plumage de notre visiteur d'hiver. Les femelles, plus ternes, sont faciles à distinguer des mâles dont la tête s'orne d'une calotte et d'une petite "moustache" noires. Soudain, la bande s'envole comme un seul piaf, et va se poser quelques mètres plus loin. Les Tarins poursuivent leur route vers le sud, d'arbre en arbre.

Une espèce qui vient du froid

En hiver, le Tarin est donc, par excellence, l'oiseau des bois humides et des bords de cours d'eau. Mais son pays d'origine est la taïga, la vaste forêt boréale, de l'Europe centrale jusqu'à la lointaine Mandchourie. Il s'y nourrit de graines de conifères, ressource dont l'abondance détermine d'importantes fluctuations d'effectifs.
L'espèce niche aussi en France, dans les forêts de conifères d'altitude. Mais ces quelques centaines de couples nicheurs sont si discrets, si peu nombreux et si dispersés, des Vosges aux Pyrénées centrales, que la nidification n'est pas prouvée chaque année, sauf dans le noyau pyrénéen.
Le Tarin des aulnes figure donc sur la liste rouge nationale comme nicheur rare. Mais la population reproductrice française est anecdotique au regard des effectifs européens, qui dépassent les douze millions de couples, Russie incluse.

En revanche, l'hiver voit affluer plusieurs centaines de milliers de Tarins, peut-être un million, ce qui en fait un hivernant assez commun, même en Ile-de-France. Les premiers migrateurs sont présents dès septembre, mais c'est à partir d'octobre qu'il est facile à découvrir, dans les bois humides et au bord des cours d'eau. On l'observe même parfois sur les quais maçonnés des grandes villes, pour peu qu'il y trouve, çà et là, son arbre fétiche. Il repartira dans les premiers jours d'avril.