Haut de page

Photothèque
Sonothèque
Bibliothèque
Saisir vos observations
L'espèce du mois

Le Pouillot véloce

Tellement rapide qu'on n'a pas eu le temps de l'intercepter... Allons le découvrir en totalité...

Espèce du mois
Lire la suite...
Photothèque Sonothèque Bibliothèque Saisir vos observations L'espèce du mois
L'espèce du mois

Les Calopteryx

Les Calopteryx, Calopteryx sp., ordre des Odonates, famille des Caloptérygidae.

Ordre des odonates

Il existe deux sous-ordres : les zygoptères et les anisoptères, que l’on différencie grâce à la forme et à la position de leurs ailes. En effet, les zygoptères, que l’on appelle aussi demoiselles, ont leurs ailes antérieures et postérieures identiques. Les demoiselles ont aussi un corps fin, et au repos, leurs ailes sont jointives et dressées au-dessus du corps. Les anisoptères (« vraies » libellules) ont des ailes inégales (les postérieures sont plus larges que les antérieures) et elles sont étalées au repos.

Les Caloptéryx sont des demoiselles ; ils sont caractérisés par une couleur métallique et des ailes colorés chez le mâle.

Une vie entre terre et eau

Ces insectes passent une grande partie de leur vie dans l’eau sous forme de larve alors que les adultes appelés « imagos » ont une vie aérienne. La larve subit plusieurs mues pendant 1 à 2 ans, jusqu’à atteindre sa taille maximale. Au printemps, elle quitte ensuite l’eau pour faire sa dernière mue : elle étend ses ailes et son abdomen et devient un insecte volant. La demoiselle laisse alors derrière elle une exuvie (enveloppe externe de la larve) et se met à la recherche d’un partenaire pour se reproduire.

Lorsque les deux protagonistes se sont trouvés, l’accouplement peut commencer. Les pièces génitales des femelles se trouvent à l’extrémité de l’abdomen, près des appendices anaux, alors que celles des mâles se situent à la base de l’abdomen.

Ils doivent donc se contorsionner et former un cœur copulatoire pour se reproduire.

©

cœur copulatoire de virgo
Photo © M. Cornet / Corif

Les œufs ne sont fécondés que lors de la ponte qui se fait en tandem ; en effet, le mâle reste avec la femelle pour protéger sa « descendance » des autres mâles. La femelle dépose les œufs dans les tiges des végétaux immergés (elle peut aussi pondre en s’immergeant totalement dans l’eau).

Les odonates sont de grands prédateurs ; larves et imagos se nourrissent d’autres insectes.

On trouve les Calopteryx aux abords des zones en eau libre (ruisseau, rivière).

3 espèces de Calopteryx sont présentes en Ile de France

Les femelles de Caloptéryx sont difficiles à identifier car elles ont toutes les ailes verdâtres.

Le Calopteryx éclatant, Calopteryx splendens

Sur les ailes des mâles, on observe une large bande vert bleuté très foncée de la largeur d’un pouce.

©

Calopteryx éclatant
Photo © M. Cornet / Corif

Le Calopteryx vierge, Calopteryx virgo

Au nord de la Loire et des Alpes, on trouve la sous-espèce virgo. Au sud d’une ligne Caen-Genève, on trouve la sous-espèce meridionalis. Les deux sous-espèces peuvent coexister et sont observées en Ile de France.

Chez Calopteryx virgo virgo, le mâle a les ailes foncées à reflets métalliques bleus ou verts. L’apex et la base des ailes sont plus clairs, comme délavés.

Chez Calopteryx virgo meridionalis, les mâles ont la base des ailes antérieures transparentes (délimitation nette). La coloration bleue, par contre, atteint l'apex.

©

Calopteryx vierge
Photo © M. Cornet / Corif

Leur présence permet de définir un site en ZNIEFF (Zone Naturelle d’Intérêt Ecologique, Faunistique et floristique.

Bibliographie

DIJKSTRA K.-D.B., LEWINGTON R., (2007) - Guide des libellules de France et d'Europe. Delachaux et Niestlé, Paris, 320 p.