Haut de page

Photothèque
Sonothèque
Bibliothèque
Saisir vos observations
L'espèce du mois

Le Faucon hobereau

Venez découvrir cet élégant faucon élancé...

Espèce du mois
Lire la suite...
Photothèque Sonothèque Bibliothèque Saisir vos observations L'espèce du mois
L'espèce du mois

Le Hibou moyen-duc

Quand il se sent en danger, le Hibou moyen-duc s’enveloppe de ses ailes, colle son plumage au corps et s’étire jusqu'à se confondre complètement avec l’écorce de l’arbre.

Le Hibou moyen-duc, Asio otus de son nom latin, fait partie de la famille des rapaces nocturnes.

Les rapaces, ou oiseaux de proie sont de redoutables prédateurs carnivores, dotés d’une vue perçante, d’un bec crochu et de serres puissantes. Les rapaces nocturnes, eux, possèdent en plus un disque facial jouant le rôle de parabole auditive.

Cinq espèces de rapaces nocturnes sont présentes dans notre région, dont le Hibou moyen-duc.

Comment le reconnaître

De grands yeux oranges (parfois jaunes), deux belles aigrettes sur le haut de la tête, un plumage brun rayé, le Hibou moyen-duc se distingue facilement des autres rapaces nocturnes.

© corif

Photo © Corif

Ecologie

Il chasse principalement la nuit, à la recherche de petits rongeurs (mulots et campagnols). Il peut lui arriver de manger de petits passereaux et de gros insectes.

Plutôt solitaire en période de reproduction, à l’approche de l’hiver, les Hiboux moyen-duc se regroupent en dortoirs de plusieurs dizaine d’individus. Le Hibou moyen-duc est une espèce relativement commune en Ile de France. Ses habitats privilégiés sont les milieux boisés de conifères en bordure de plaine et les grandes haies longeant des chemins herbeux.

© CORIF

Photo © Corif / François Lelievre

Dès la fin de l’hiver, le Moyen duc démarre sa reproduction. Le voilà qui sort de son mutisme. Silencieux le reste d’année, il va se mettre à hululer à tout va, modulant son chant avec une grande diversité. On peut l’entendre à plusieurs centaine de mètre de distance, jusqu’à 1km en plaine. C’est qu’il donne de la voix pour attirer une femelle ; et il n’est pas question de faire moins bien que le voisin. Celle-ci répondra d’une voix bien différente et viendra compléter sa chanson en « Hou ! » mineur.

Le mâle accompagnera ensuite sa dulcinée en quête d’un nid. Elle préfère les anciens nids de pie ou de corneille, mais peut choisir de temps en temps celui d’un écureuil ou d’un autre rapace. Aussi tôt son choix arrêté, son partenaire s’empresse de signaler à tous son territoire : il prend un peu d’altitude et tourne en rond quelque temps, où il sera bien visible de tout un chacun.
Quant à elle, elle ne perdra pas son temps avec de telle simagrée : elle pondra immédiatement ses œufs, sans attendre plus longtemps, et se mettra en devoir de les couver pendant que monsieur part à la chasse. 28 jours plus tard, les petits naîtront. Ils resteront 3 à 4 semaines au nid avant le premier envol, essentiellement ravitaillé par le père.

Durant ce temps, les oisillons effectueront moult balade pédestre, il n’est pas rare d’en retrouver au sol. Ne les ramassez pas ! La mère veille au grain non loin de là.

Comment réagir quand on trouve un oisillon tombé du nid ? Eléments de réponses par ici

© CORIF

Photo © Corif / G. Van Langenhove

Répartition

Le Hibou Moyen-duc est présent partout en Europe, à l’exception du grand nord. En France, on ne le trouvera ni en Corse, ni dans le sud-ouest, mais partout ailleurs. Il est assez commun dans le pays, mais a beaucoup souffert des maux de notre époque : urbanisation, intensification de l’agriculture, pollution lumineuse, etc.

Certains individus sont sédentaires mais il a été montré que d’autres effectuent des migrations du Nord au Sud de l’Europe, parfois assez loin en Russie. Ce n’est pas le froid et la neige qui semble déterminer ses déplacements, mais bien les quantités de campagnols à disposition, dont il raffole.