Haut de page

Photothèque
Sonothèque
Bibliothèque
Saisir vos observations
L'espèce du mois

Le Barbastelle d'Europe

Une chauve-souris pas si commune...
Suivons les ailes de la nuit...

Espèce du mois
Lire la suite...
Photothèque Sonothèque Bibliothèque Saisir vos observations L'espèce du mois
L'espèce du mois

La Cigogne blanche

Un échassier emblématique

La Cigogne blanche, ciconia ciconia. Famille des ciconiidées.

Présentation de l'espèce

Elle mesure entre 90 et 115 cm à l'age adulte pour une envergure de 195 à 215 cm.
Le plumage des adultes est blanc à l'exception des rémiges et des grandes couvertures qui sont noires.

Ce grand échassier aux bec et pattes rouges vifs peut facilement être confondu avec ses cousins les hérons.
On peut néanmoins les différencier à leur façon de voler : les cigognes volent le cou tendu, un peu incliné au dessous de l'horizontale et comme alourdi par le bec en avant contrairement aux hérons qui volent le cou replié en " s ".

Par ailleurs moins aquatiques que ces derniers, elles ne chassent guère à l'affût, mais en marchant à découvert.

© A.BLOQUET

Photo © A. Bloquet / Corif

Régime alimentaire

Les cigognes se nourrissent principalement en chassant dans les prés, les champs, les marais, le long des fossés, dans les eaux peu profondes des étangs et des lieux inondés.
Elles raffolent de sauterelles, libellules, limaces, escargots, mais peuvent également se régaler de petits rongeurs tels que les campagnols et autres micro mammifères...
Les matières non digérées, poils, os, sont régurgités sous forme de pelotes d'environ 60 x 30 mm.

Habitat

Son mode d'alimentation nécessite des étendues ouvertes avec une végétation rase pour ne pas entraver sa vue et sa marche.
En Europe, l'espèce se retrouve avec prédilection sur des paysages ruraux à structures relativement variée, avec une forte proportion de prairies, de pâtures et de cultures, des bas fonds humides, des arbres isolés ou en groupes ; l'existence de marais dégagés, d'étangs, de zones inondables et de fossés d'irrigation lui est très favorable.

Reproduction

Elle niche souvent en hauteur sur la cime d'un arbre, le toit d'une église...
le plus important étant que son nid soit assez dégagé et élevé pour permettre aisément les allées et venues au vol.

© D.ROBERT

Nid de Cigogne
Photo © D.Robert / Corif

La femelle pond en général 4 œufs blancs et brillants, à raison d'un tous les deux jours.
La couvaison commence au premier ou au second œuf pondu, partagée entre les deux parents, la femelle pendant la nuit, et le couple pendant la journée. L'incubation dure environ 32 à 34 jours.
Les deux parents nourrissent les jeunes par régurgitation dans le nid et ces derniers effectuent leur envol à l'âge de 55 à 60 jours.

© G.NOCLE

Adulte et jeune
Photo © G. Nocle / Corif

Migration

Notre bel échassier est une grande voyageuse. Elle quitte ses quartiers d'été au mois d'août.
Pratiquant le vol plané, les populations d'Europe occidentale suivent les terres et les lignes de côte pour atteindre et franchir la Méditerranée au niveau du détroit de Gibraltar.
Elles survolent ensuite le Sahara pour gagner enfin leurs quartiers d'hiver au sud du Sahel.
Après avoir pris le soleil, en parcourant tous ces pays, elle refait le trajet en sens inverse pour regagner au mois de février son de nidification. Ce qui lui fait 6 300 kilomètres parcourus chaque année.

Statut

La population de cigognes a connu une flagrante diminution au cours du 20ème siècle, celà est liée principalement à la disparition des lieux d'alimentation et de reproduction, les collisions et les électrocutions avec les lignes électriques et les conditions catastrophiques dans les quartiers d'hiver en Afrique.
Elle souffre également de l'utilisation de pesticides et autres poisons qui se retrouvent dans son alimentation.

Petite histoire

Contrairement à certains oiseaux, la cigogne a une image sympathique, et est très souvent considérée comme porte bonheur, signe de fécondité, de richesse...
La légende la plus courante à son sujet est qu'elle apporterait des bébés.
Il s'agit de la légende de Kindelesbrunnen née en Alsace selon laquelle :
" sous la cathédrale de Strasbourg, il y avait autrefois un lac, c'est là que barbotaient et s'amusaient les âmes des enfants qui attendaient de venir au monde. Sur ce lac vivait également un gnome qui passait son temps à naviguer dans une barque argentée. A l'aide d'un filet d'or, il attrapait délicatement les âmes des bébés ; il les donnait ensuite à la cigogne et celle-ci n'avait plus qu'à les déposer dans les berceaux... "

Bibliographie

GEROUDET Grands Echassiers Gallinacés Râles d'Europe.- Delachaux et Niestlé.

Pierre Cabard et Bernard Chauvet Groupe Ornithologique de Touraine (GOT) L'étymologie des noms d'oiseaux- Eveil Editeur.

La Hulotte n°56 Planeur contre Planeur

Liens internet

www.geraudot.fr

www.oiseaux.net

www.ornithomedia.com