Haut de page

Photothèque
Sonothèque
Bibliothèque
Saisir vos observations
L'espèce du mois

Le Sureau noir

Arbuste étonnant aux multiples fonctions. Voyons ce familier mal connu...

Espèce du mois
Lire la suite...
Photothèque Sonothèque Bibliothèque Saisir vos observations L'espèce du mois
L'espèce du mois

Le Rougegorge familier

Plusieurs d’entre nous ont déjà eu l’occasion de le croiser : le Rougegorge, Erithacus rubecula, ordre des Passeriformes, famille des Muscicapidés.

Son nom scientifique vient de sa dénomination grecque Erutakos et du mot latin rubor qui signifie rouge. Familier souligne son absence de peur de l’homme.

© T. RIABI

Photo © T. Riabi / corif

Description

Notre ami le Rougegorge est facilement reconnaissable à sa poitrine rouge orangée contrastant avec ses parties inférieures blanchâtres. Ses parties supérieures ainsi que ses ailes et sa queue sont brun olivâtre. Ses yeux sont noirs, ses pattes fines avec des doigts brun clair. Il mesure 14 cm avec une envergure de 20 à 22 cm et un poids moyen de 16 g. Il peut vivre jusqu’à 15 ans.

Le mâle et la femelle sont pratiquement identiques. Le juvénile n’a pas de plastron orangé et ses parties inférieures sont densément tachetées de brun.

© L. DIDION

Jeune Rougegorge
Photo © L. Didion / corif

Habitat, régime alimentaire et comportement

On peut le rencontrer dans les terrains boisés, le bocage, les taillis, les parcs, les jardins, les forêts, aussi bien dans les régions les plus isolées qu’en ville. Il préfère la végétation basse et touffue.

Le Rougegorge se nourrit essentiellement d'insectes, de larves, de vers, de mille-pattes, araignées, cloportes, papillons, chenilles, perce-oreilles, fourmis mais aussi de limaces et d’escargots. A ce titre, il est un ami précieux du jardinier qui trouve en lui un excellent allié. Nous pouvons également trouver dans son assiette diverses baies : mûres, groseilles, framboises,… En hiver, quand la neige lui coupe les vivres, il peut fréquenter les mangeoires. Il passe beaucoup de temps à se nourrir au sol, agitant en permanence les ailes et la queue.

© JF. MAGNE

Photo © JF. Magne / corif

On pourrait croire que le Rougegorge est un oiseau sociable vu qu’il s’observe très aisément mais la réalité est bien différente, pour des raisons de territoires Monsieur rouge-gorge s’avère être un féroce bagarreur. Les combats entre mâles peuvent mener à la mort de l’un des deux adversaires.

Il marque également son territoire par son chant composé de courtes strophes variées, sans grande sonorité et difficiles à décrire. Ce chant est perçu comme une mélodie délicate et fluide, pleine de douceur. Il contient des sons modulés, parfois dissonants.

Nidification

Chez le Rougegorge, c’est la femelle qui construit le nid. Il est souvent caché dans la végétation dense aussi bien en hauteur qu’à terre et est difficilement repérable.

La femelle pond 5 à 7 œufs et couve en moyenne 13 à 14 jours. Durant cette période, elle est nourrie 3 fois par jour par le mâle. Les poussins sont nourris et protégés par les parents et quittent le nid au bout de 12 à 15 jours après la naissance. Ils deviennent indépendants à l’âge de 3 semaines.

Le Rougegorge peut avoir jusqu’à 3 couvées par an.

Statut

Le Rougegorge est très commun en France, entre 4 et 6 millions de couples nicheurs. En Île-de-France, sa population a été estimée entre 100 000 et 150 000 couples en 1995.

La population en Île-de-France est essentiellement sédentaire. On y trouve aussi des migrateurs hivernants venus d’Europe du Nord.

© J. COATMEUR

Photo © J. Coatmeur / corif

Bibliographie

LE MARECHAL, P. & LESAFFRE, G. (2000). Les Oiseaux d'Île-de-France. L'avifaune de Paris et de sa région. Delachaux et Niestlé. Paris. 343 p.

GÉROUDET P. (1980). Les passereaux II : des mésanges aux fauvettes. Delachaux et Niestlé. Neuchâtel – Paris. 231 p.

CABARD-CHAUVET (1997). L'Etymologie des noms d'oiseaux. EVEIL Editeur. 208 p.

MULLARNEY, K. & al (2010). Le guide ornitho. Delachaux et Niestlé. Paris. 446 p.

BOSSUS, A. & CHARRON, F. (1998). Le Chant des Oiseaux. Sang de la terre. 206 p.

Liens internet

www.oiseau.net

www.wikipedia.org