Haut de page

Photothèque
Sonothèque
Bibliothèque
Saisir vos observations
L'espèce du mois

Le Pouillot véloce

Tellement rapide qu'on n'a pas eu le temps de l'intercepter... Allons le découvrir en totalité...

Espèce du mois
Lire la suite...
Photothèque Sonothèque Bibliothèque Saisir vos observations L'espèce du mois
L'espèce du mois

Le Houx commun

Le Houx commun, Ilex aquifolium, est le seul représentant du genre Ilex (400 espèces) qui pousse spontanément en Europe.

Présentation

Le Houx commun est un arbuste à croissance lente et au port buissonnant. Il mesure généralement de deux à dix mètres, mais les plus grands peuvent atteindre 25 mètres de haut. Un houx de 18 mètres est visible dans la forêt de l’Isle-Adam (Val-d’Oise). Le Houx commun peut vivre plus de 300 ans.

Jeune, le Houx commun a une écorce jaune-verdâtre et lisse. En vieillissant, l’écorce devient noirâtre et légèrement crevassée. Ses feuilles sont vert foncé, glabres, luisantes sur la face supérieure, mates sur la face inférieure. Elles mesurent de cinq à huit centimètres de long. Les feuilles possèdent le plus souvent un bord denté et épineux, mais les vieux houx montrent aussi des feuilles à bord entier. Coriaces et persistantes, elles restent sur l’arbre pendant trois ans. La disposition des feuilles sur les rameaux est alterne. Le houx commun peut être parasité par une minuscule mouche Phytomyza illicis dont la larve s’abrite et se nourrit de ses feuilles.

  Feuilles dites alternes

Feuilles alternes

© I. ANGLADE

Feuilles de houx
Photo © I. Anglade / corif

Une espèce dioïque

Le Houx commun est une espèce dioïque, c’est-à-dire que les fleurs mâles et femelles sont généralement sur des arbres différents. Exceptionnellement, les deux types de fleurs peuvent être réunis sur le même arbre. Les fleurs sont blanches, odorantes et mesurent environ six millimètres de diamètre. Elles poussent en corymbe à la base des feuilles de l’année précédente. Chaque fleur possède quatre pétales. Les fleurs femelles portent, en plus du pistil, des sortes d’étamines stériles : les staminodes. Le Houx commun fleurit entre mai et juin.

© houx

Rameau fleuri
Photo © Spedona

© houx

Fleurs de Houx commun, fleurs mâles en haut et fleurs femelles en bas
Photo © Tigerente

Les fruits, qui ne poussent que sur les arbres femelles (espèce dioïque oblige), sont de petites baies rouges ou jaunes, très décoratives. Chacune des baies contient de deux à quatre graines. Elles apparaissent à l’automne et persistent tout au long de l’hiver. Toxiques pour l’Homme, ces baies offrent un apport nutritif important aux oiseaux qui passent l’hiver dans nos régions, comme les merles ou les grives.

© houx

Baies
Photo © J. Howaldt

Situation

Le Houx commun est une espèce assez commune dans toute la France. Il est présent en Afrique du Nord, en Europe occidentale et méridionale, ainsi qu’en Asie occidentale.

Espèce de demi-ombre, voir sciaphile, le Houx commun apprécie particulièrement l’atmosphère légèrement humide du climat océanique. Il recherche des stations assez fraîches avec un sol plutôt acide. Le Houx commun peut se trouver aussi bien en sous-bois dans une forêt de feuillus, comme, par exemple de hêtres, que dans une haie champêtre.

Utilisation

Traditionnellement, le Houx commun était utilisé de nombreuses manières. Il était planté dans les haies comme arbuste mellifère mais aussi pour limiter la pénétration du bétail. Plus tard, de nombreuses variétés ont été créées pour faire des haies d’ornement.

Son bois était recherché en marqueterie (décor réalisé avec des plaquages de bois) ou pour la fabrication de petits objets. Par exemple, les pièces des jeux d’échecs étaient souvent réalisées en bois de houx. Les branches servaient à ramoner les cheminées ou à fabriquer des balais avec lesquels il était possible de « houspiller les gens fâcheux » .

Beaucoup de ces pratiques ont disparu au XXe siècle avec le remembrement. L’aménagement des terres agricoles vers des parcelles plus grandes a, en effet, provoqué la disparition de nombreuses haies et des houx, parfois centenaires, qui les composaient.

Aujourd’hui, le Houx commun reste un des symboles de la magie de Noël. Ses rameaux verts, parsemées de baies rouges et brillantes, sont très appréciés dans les décorations des fêtes de fin d’année. Porte-bonheur, ils donnent, dit-on, protection et immortalité. Accrochés à une porte, ils souhaitent la bienvenue aux visiteurs.

La cueillette du houx sauvage est, généralement, tolérée quand elle est réalisée avec l’accord du propriétaire ou du gestionnaire, dans le cadre familial, et, bien sûr, avec parcimonie. Certains départements limitent, par exemple, la cueillette à une dizaine de branches par personne ou à ce que la main peut contenir. Pour profiter largement de tous les bienfaits du houx, n’hésitez donc pas à en planter dans vos jardins. La variété sauvage, très rustique, résistera aux jardiniers les plus débutants et ravira toutes les abeilles et les oiseaux de votre jardin.

Bibliographie

CHAUMETON, H., 2000.- Les arbres.- SOLAR.- p. 210 (Guide vert).

[s.n.].- Guide de détermination.- Réseau Espaces Naturels, Office National des Forêts.- Fiche Ilex aquifolium.

[s.n.], 2011.- Houx : [En ligne].- page consultée le 03/10/11.- http://fr.wikipedia.org/wiki/Houx Imprimée, 8 p.

© houx