Haut de page

Photothèque
Sonothèque
Bibliothèque
Saisir vos observations
L'espèce du mois

Le Barbastelle d'Europe

Une chauve-souris pas si commune...
Suivons les ailes de la nuit...

Espèce du mois
Lire la suite...
Photothèque Sonothèque Bibliothèque Saisir vos observations L'espèce du mois
L'espèce du mois

L'Aulne glutineux

L'Aulne glutineux, Alnus glutinosa. Famille des bétulacées.

Description

L'Aulne glutineux est un arbre feuillu de la même famille que le Bouleau, ou le Charme. On l’appelle aussi aulne noir, aulne poisseux.
L’aulne est une essence hygrophile, il affectionne particulièrement les sources d'eau, y compris domestiques. Les aulnes sont par conséquent très fréquents dans les zones humides, sur les berges ou dans les ripisylves (désigne toutes formations boisées ou buissonnantes présentes sur les rives), au bord des rivières ou autour des bras morts, où ils peuvent atteindre 20 à 30 mètres.

Les plus vieux arbres peuvent atteindre une centaine d’années.

© Corif

planche d'identification

L’aulne s’associe avec un champignon qui, installé sur ses racines, le ravitaille en eau et en minéraux. Le champignon lui apporte aussi des vitamines et sécrète une substance particulière qui protège les racines contre les maladies. En échange, l’arbre lui apporte les sucres simples nécessaires à sa fructification.

L’aulne abrite également dans ses racines un autre organisme, mi-bactérie mi-champignon, un actinomycète. Celui-ci est à l’origine d’excroissances plus ou moins grosses appelées nodosités. Grâce à ces nodosités, l’aulne peut fixer l’azote de l’air et se nourrir jusque dans les milieux les plus pauvres.

Les bourgeons, typiquement poisseux, surtout en hiver, sont d’une remarquable couleur violette (couleur rare dans la flore française) et en forme de massue.

Ils éclosent en février et possèdent sur le dessus des feuilles d’un vert sombre. Ces feuilles, plus claires dessous et grossièrement ovales, sont typiquement échancrées au sommet.

Pour sa reproduction, l’aulne possède des fleurs mâles et des fleurs femelles. Les fleurs mâles sont des chatons pendants, violacés et longs, qui peuvent projeter leur pollen au vent tandis que les fleurs femelles sont plus petites. La floraison a lieu en février. C'est une des premières floraisons anémophiles (les gamètes sont dispersées par le vent) de l'année.

  © Corif

Bourgeon
source : animateur-nature.com

© Photo E.Bielle

Chatons
Photo © E. Bielle

© Photo E.Bielle

Strobiles
Photo © E. Bielle

Le fruit est "une boîte à graine", sorte de petit cône appelé strobile de 2cm de hauteur environ. Il contient de petits akènes ailés dispersés par le vent. La graine peut garder son pouvoir germinatif pendant un an.

Légendes et traditions

Du fait de son habitat dans les marais et de la couleur rouge sang de son bois fendu, l'Aulne était associé aux sorcières. On lui attribuait le pouvoir d'éloigner le feu des maisons ou les rongeurs des champs, et de faciliter la mise-bas du bétail.

Utilisations

L’aulne (comme le saule) est efficace dans le maintien des berges grâce à son système racinaire profond. Son bois est léger, tendre, mais il tend à se fendre. Le bois d'aulne est réputé imputrescible et a la faculté de durcir au contact de l'eau. On en fit des pilotis à Venise (avec des Ormes également) et des sabots ; de l'écorce et des rameaux, on extrayait la teinture noire des feutres. L'écorce contient des principes fébrifuges (qui fait baisser la fièvre). Les Indiens creusaient le tronc de la variété américaine pour en faire des canots.

Des visiteurs d'hiver

L’aulne donne son nom à un petit oiseau de la famille des fringillidés : le tarin des aulnes, aux ailes barrées de jaune vif. Il possède un bec dont la forme est parfaitement adaptée à la recherche des graines de l’aulne dans les strobiles.

© Photo T. Riabi

Tarin des aulnes
Photo © T. Riabi / corif