Haut de page

Photothèque
Sonothèque
Bibliothèque
Saisir vos observations
L'espèce du mois

La Linotte mélodieuse

Elle est très remuante. Allons voir si elle n'en fait qu'à sa tête...

Espèce du mois
Lire la suite...
Photothèque Sonothèque Bibliothèque Saisir vos observations L'espèce du mois
L'espèce du mois

Le Vautour Percnoptère

Un vautour immaculé...

Le Vautour Percnoptère, Neophron percnopterus. Famille des Accipitridés

Divin oiseau...

Vénéré dans l'ancienne Égypte comme l'incarnation de la déesse Mout "la Mère", le Vautour percnoptère, Neophron, fut, dans la mythologie grecque, transformé en oiseau par Zeus lui-même.

Le Vautour percnoptère est le plus petit des quatre espèces de vautours présentes en France, les trois autres espèces étant le Vautour fauve, le Vautour moine et le Gypaète barbu. Le Vautour percnoptère possède une envergure de 160 à 180 centimètres, pour une longueur de 53 à 65 centimètres, et un poids de 2 à 2,5 kilogrammes.

La silhouette, typique du Percnoptère adulte ne peut être confondue avec aucune autre espèce : le corps blanc est précédé d'une tête nue, jaune orangée, parfois souillée. Elle est pourvue d'un bec jaune, étroit, terminé par une pointe noire fortement recourbée.

  © N. KOUSIK

Photo © N. Kousik - Creative Commons

© S. SNODGRASS

Photo © S. Snodgrass - Creative Commons

© CORIF Y. DUBOIS

Photo © Y. Dubois / Corif

Les petites et moyennes couvertures alaires sont blanches tandis que le bord de fuite de l'aile est noir. Il y a donc un contraste net entre les parties blanches de l'aile et les rémiges noires. Les juvéniles, entièrement brun, s'éclaircissent progressivement avec l'âge.

Répartition

Le Vautour percnoptère est présent du sud de l'Europe jusqu'au continent indien, en passant par l'Afrique du Nord, l'Afrique méridionale et l'Asie mineure. Mais son aire de répartition est très fragmentée.

© Carte

Carte 1 : Aire de répartition mondiale du Vautour percnoptère (en rouge, les zones de présence permanente ; en vert, les zones où l'espèce ne fait que se reproduire)
© Creative Commons

En France, ses effectifs se répartissent en deux populations distinctes. La population la plus importante se situe dans les Pyrénées et compte environ 55 couples. Elle représente la frange nord de la population pyrénéenne espagnole, beaucoup plus importante. La deuxième population, forte d'une quinzaine de couples, est localisée dans le Sud-Est de la France.
Cette population est aujourd'hui isolée alors qu'au XIXème siècle, le Vautour percnoptère était présent dans l'ensemble des Pyrénées et de la zone méditerranéenne.

  © Carte

Carte 2 : aire de répartition francaise du Vautour percnoptère
© Creative Commons

Le Vautour percnoptère est essentiellement rupestre. Il affectionne les sites accidentés (gorges, défilés rocheux, contreforts des montagnes), de préférence à des altitudes basses et au voisinage des plaines et des cours d'eau.

  © Photo

© Creative Commons

Nidification

Il niche dans les cavités des falaises, généralement abritées par des surplombs. L'entrée de la cavité est souvent obstruée par un buisson ou une grosse pierre. La protection contre les événements climatiques semble être déterminante dans le choix des cavités comme pour le succès reproducteur des couples.

© CORIF I. ANGLADE

Photo © I. Anglade / Corif

© CORIF I. ANGLADE

Photo © I. Anglade / Corif

Les Vautours percnoptères adultes reviennent à partir de mars, du sud du Sahara ou du Soudan, où ils ont passé l'hiver.
Les aires de nidification potentielles sont alors visitées par les couples lors de manifestations territoriales et sexuelles. Mais 68 pour cent des aires sont utilisés d'une année sur l'autre.
La femelle pond en moyenne, deux œufs qui écloront 6 semaines plus tard. Les deux poussins se développent ensuite différemment, l'un des deux prenant le dessus sur l'autre.
Les jeunes s'envolent entre août et septembre et partent en migration, avec ou sans leurs parents.
Les jeunes vautours percnoptères ne pourront pas se reproduire avant 4 ou 5 ans qu'ils passeront généralement en Afrique. La majorité reviendra nicher à proximité de son site de naissance.

Les couples de Vautour percnoptère semblent fidèles à vie, même si de rares cas de bigamie ont été observés. La dynamique de population du Vautour percnoptère est basée sur un faible succès reproducteur (1,1 jeunes à l'envol par couples reproducteurs en Provence ; 0,87 jeunes à l'envol par couples reproducteurs dans les Pyrénées), compensé par une grande longévité (environ 30 ans).

C'est un opportuniste !

Le Vautour percnoptère est un opportuniste, véritable nettoyeur de la nature. Son régime alimentaire est bien plus généraliste que celui des autres vautours français. Il se nourrit surtout de charognes, mais il mange aussi de petits rongeurs, serpents, lézards, amphibiens, tortues, mollusques, insectes, des végétaux pourris, et des excréments. Il déparasite les vaches des tiques quand elles sont couchées, et nettoient leurs membres postérieurs des excréments quand elles sont debout.
Le Vautour percnoptère est également capable de se servir de pierre pour casser les œufs et de sortir les tortues de leur carapace.
En revanche, son bec ne lui permet pas de déchirer le cuir des grands mammifères. Il doit donc profiter du dépeçage des carcasses par les autres espèces de vautours.
Malgré son régime alimentaire varié, le Vautour percnoptère est fortement lié aux activités humaines, et notamment au pastoralisme et à l'élevage extensif.

© Photo

© Creative Commons

Oiseau en danger

Le Vautour percnoptère est en forte régression dans presque toute son aire de répartition. Il est considéré comme une espèce menacée au niveau mondial et est inscrit comme "en danger" sur la Liste rouge française.
En France, son déclin a commencé au début du XXème siècle et s'est fortement accéléré entre 1930 et 1980. Les causes de régression avancées sont les modifications des pratiques agricoles (intensification de l'élevage, fin de la transhumance) et des règles sanitaires, la chasse (interdite en France en 1962), l'empoisonnement volontaire ou involontaire (pesticides, médicaments, poisons de lutte contre les "nuisibles"), le dérangement des sites de nidification, la destruction directe des œufs, jeunes et adultes, et les accidents (électrocution, collision avec des véhicules).

Face à ce déclin, l'état français a lancé en 2002 un plan de restauration du Vautour percnoptère, accompagné d'un financement européen "Life Nature". La principale mesure qui a été mise en place est la construction de placettes d'alimentation. Cette stratégie reposait sur le retour spontané de vautours percnoptères, suite à la réalisation de placettes pour des vautours fauves.

© Photo

Placette d'alimentation
Photo © LPO - Aude

Les placettes d'alimentation ont nécessité un investissement important pour les structures locales mais elles ont permis le maintien des couples déjà présents et le retour des vautours sur une partie de leurs anciens sites. Grâce aux nombreux efforts fournis, les populations françaises semblent aujourd'hui stabilisées.
La population pyrénéenne progresse même légèrement vers l'est, se rapprochant de la population méditerranéenne.
Toutefois, les effectifs français restent très réduits, et toute perte d'individus peut encore avoir des conséquences importantes sur la survie de ces deux populations sous perfusion


Bibliographie

- GEROUDET, P, 1978 - Les Rapaces diurnes et nocturnes d'Europe. Delachaux et Niestlé.- p. 60-65.
- THIOLLAY, J.-M. & BRETAGNOLLE V., 2004 - Rapaces nicheurs de France, Distribution, effectifs et conservation. Delachaux et Niestlé.- p. 48-51.

Liens utiles

http://percnoptere.lpo.fr/: Site de la LPO sur le vautour percnoptère
http://www.iucnredlist.org/ : Site de l'UICN sur la Liste Rouge mondiale