Haut de page

Photothèque
Sonothèque
Bibliothèque
Saisir vos observations
L'espèce du mois

Le Sureau noir

Arbuste étonnant aux multiples fonctions. Voyons ce familier mal connu...

Espèce du mois
Lire la suite...
Photothèque Sonothèque Bibliothèque Saisir vos observations L'espèce du mois
L'espèce du mois

Les Odonates

Impressionnants et fascinants Odonates

Par les belles journées ensoleillées d'été au bord de l'étang, on est rapidement fasciné par l'élégance et le vol rapide de ces redoutables prédatrices que sont… les libellules.
Les allées et venus des ces grands insectes impressionnants aux couleurs vives sont facilement repérables et avec un peu de pratique, nombre d'entres elles seront rapidement identifiées.

© Erwan Bielle

Aeshne bleue
Photo © Erwan Bielle

Le corps des libellules

Comme chez tous les insectes, les odonates ont un corps divisé en trois parties : une tête, un thorax et un abdomen segmenté.
Repérant leurs proies à la vue, ils ont une grosse tête avec de très grands yeux composés et de petites antennes.
Prédateur aérien, le thorax de l'adulte compte 3 paires de pattes et 2 paires d'ailes puissantes et flexibles. Les pattes sont fortes et dirigées vers l'avant pour capturer et maintenir les proies.
L'abdomen est particulièrement long et fin. Il compte 10 segments

© Erwan Bielle

Libellule déprimée
Photo © Erwan Bielle

Chez les mâles, les pièces copulatrices sont situées sous le second segment et l'abdomen se termine par les cercoïdes, sortes d'appendices en formes de pinces pour maintenir la femelle pendant l'accouplement.
Les femelles, généralement plus trapues, sont dotées d'une lame vulvaire ou d'un ovipositeur sous les derniers segments abdominaux.

© JF MAGNE

Sympetrum sanguineum (femelle)
Photo © JF Magne / Corif

© JF MAGNE

Cœur copulatoire
Photo © JF Magne / Corif

Les larves ressemblent aux adultes mais sans les ailes. Elles vivent dans l'eau au fond de l'étang et respirent grâce à des branchies. Là, elles capturent leurs proies grâce à une pince terminée par 2 crochets appelée "masque".

De petites et de grandes libellules

L'ordre des odonates est généralement divisé en 2 groupes. Distinguer les 2 sous-ordres constitue la première étape menant à l'identification. Les plus grands, avec des ailes maintenues étalées au repos font partie des Anisoptères (ou grandes libellules). Les petits odonates aux corps délicats sont des Zygoptères (aussi appelées demoiselles ou agrions). Au repos, les Zygoptères replient généralement leurs ailes au-dessus ou le long du corps.

© Erwan Bielle

Calopteryx splendens
Photo © Erwan Bielle

On compte 2 700 espèces de Zygoptères dans le monde et 2 900 d'Anisoptères. La plupart vivent sous les tropiques, mais un peu plus de 120 espèces vivent en Europe. Toutes les odonates sont des prédateurs et chassent tant à l'état larvaire, qu'adulte. L'adulte, aussi appelé imago chasse d'autres insectes. Les larves sont des prédateurs du fond de l'étang qui chassent aussi les petits crustacés, les larves d'autres insectes, les têtards et même les jeunes poissons.

Le cycle biologique des odonates

La vie d'une libellule se scinde en 3 grandes périodes : la maturation de l'œuf avec le développement embryonnaire ; la phase larvaire aquatique ; la phase adulte entièrement vouée à la reproduction de l'espèce.
Comme tous les insectes, les libellules pondent des œufs. Même si quelques espèces sont capables de survivre à l'absence d'eau, les libellules pondent le plus souvent dans les eaux douces des mares permanentes et des étangs.
La durée du développement embryonnaire est variable. Chez les espèces dont l'éclosion intervient avant l'hiver, le développement de l'embryon commence dès la ponte. Chez d'autres, l'embryogénèse est interrompue et ne reprendra qu'après l'hiver pour différer l'éclosion au printemps.

Après l'éclosion, les larves se développeront dans l'eau. La phase larvaire est complètement aquatique. Les petites larves (ou prolarves) se transforment en vraies larves. Une succession de mues (de 8 à 18 mues selon les espèces) leurs permettent de grandir et de complexifier progressivement leurs structures. Une fois leurs tailles maximales atteintes, les larves quittent l'eau et grimpent sur un support fixe au bord de la rive pour entreprendre une dernière mue. La libération des insectes adultes hors de leurs exuvies (enveloppes larvaires sèches) est appelée l'émergence.

© JF MAGNE

Sympétrum vulgaire
Photo © JF Magne / Corif

Pendant l'émergence, les libellules déploient leurs ailes et étirent très progressivement leur abdomen. Une fois le corps et les ailes suffisamment durcis, elles prennent leur envol. Les libellules volantes sont qualifiées d'imago. Entièrement vouée à la perpétuation de l'espèce, la phase adulte comprend une période de maturation, une période de reproduction et une période de vieillissement qui se terminera par la mort de l'imago.


Pour en savoir plus

- GRAND D., BOUDOT J.-P., (2006) - Les Libellules de France, Belgique et Luxembourg. BIOTOPE. Meze, (Collection Parthénope), 480 p.
- DIJKSTRA K.-D.B., LEWINGTON R., (2007) - Guide des libellules de France et d'Europe. Delachaux et Niestlé, Paris, 320 p.