Haut de page

Photothèque
Sonothèque
Bibliothèque
Saisir vos observations
L'espèce du mois

Le Barbastelle d'Europe

Une chauve-souris pas si commune...
Suivons les ailes de la nuit...

Espèce du mois
Lire la suite...
Photothèque Sonothèque Bibliothèque Saisir vos observations L'espèce du mois
L'espèce du mois

La Chevêche d'Athéna

La Chevêche d'Athéna, Athene noctua. Famille des Strigidae.

Tout un symbole

Emblème de la sagesse chez les Grecs de l’Antiquité, la Chevêche d’Athéna, ou la Chouette Chevêche est un petit rapace nocturne hôte habituel des campagnes bocagères.

Son corps est trapu, avec des ailes assez courtes, larges et arrondies, la queue est courte et carrée, la tête large et aplatie avec deux grands yeux jaune citron et un bec jaune verdâtre, assez épais et crochu. Le plumage de l’adulte est brun-gris foncé tacheté de blanc. La face est claire, avec les yeux cernés de brun, le dessous est blanc fortement tacheté et strié de brun, avec le bas du ventre blanc. Les juvéniles sont plus pâles et plus uniformément colorés que les adultes. Les pattes, couvertes de petites plumes blanches, sont assez longues et fortes. L’oiseau a une longueur totale de 21-23 cm, pour une envergure de 54-58 cm et un poids de 140 à 200g.

© Y. Dubois

Photo © Y. Dubois

  © B. Munoz

Photo © B. Munoz

La Chevêche est une espèce sédentaire qui apprécie les zones rurales présentant des terrains dégagés à végétation basse (prés-vergers, prairies) parsemées de vieux arbres riches en cavités (vergers, arbres traités en têtard), et de vieux bâtiments. On la trouve de l’Asie centrale jusqu’au nord de l’Afrique et du Moyen-Orient en passant par l’Europe méridionale et tempérée. En France elle peut se reproduire partout, à l’exception de la Corse et des zones de montagnes au-dessus de 1400m. En Ile-de-France on la retrouve dans les secteurs ruraux de la grande couronne, avec cependant quelques observations en Seine-Saint-Denis.

En journée, la Chevêche se repose, dans une cavité ou perchée sur un arbre fruitier ou dans un bâtiment. Elle s’envole au crépuscule pour aller chasser. Son régime alimentaire est varié et se compose de mammifères (campagnols, musaraignes…), d’amphibiens, de reptiles, d’oiseaux, et d’invertébrés (lombrics, insectes en particulier des coléoptères, araignées…). Elle capture principalement ses proies au sol en se mettant souvent à l’affût sur un piquet de clôture. Elle peut aussi capturer des insectes ou des oiseaux au vol ou directement dans les arbres (oiseaux aux nids, insectes sur le tronc).

© B. Munoz

Photo © B. Munoz

Espèce vivant seul ou en couple, la reproduction débute en février avec la délimitation du territoire et les accouplements. La ponte et l’élevage des jeunes se situent entre mai et juillet. Le nid est installé, sans aménagement particulier, dans une cavité qui peut se trouver dans un arbre, des bâtiments ou un pierrier. La femelle pond 3 à 5 oeufs blancs d’environ 15g. L’incubation, qui dure en moyenne 28 jours, est assurée uniquement par la femelle. Les jeunes sont recouverts, à la naissance, d’un duvet blanc qui devient grisâtre, les yeux s’ouvrent vers 8-10 jours. La femelle ne quitte pas ses jeunes pendant les deux premières semaines, elle est donc entièrement ravitaillée par le mâle. Ensuite les deux parents assurent l’apport en proie. Les jeunes s’envolent du nid vers 30-35 jours mais peuvent aussi le quitter sans savoir voler. Ils se cachent alors dans l’herbe ou sur un arbre. Ils deviennent indépendants un mois plus tard. En septembre ils quittent le territoire parental et pourront procréer dés la saison suivante.

© Y. Dubois

Photo © Y. Dubois

Un programme de protection

La Chevêche, espèce protégée (arrêté du 29 octobre 2009) et espèce prioritaire (convention diversité biologique de 1994), est en régression, en particulier en raison de l’intensification des pratiques agricoles (arrachage des haies, retournement des prairies, pesticides) mais aussi du trafic routier, et de la pression de l’urbanisation… C’est pour cela que de nombreuses structures se mobilisent, ainsi en Île-de-France le Réseau Chevêche Île-de-France regroupe les associations et les PNR désirant travailler à la sauvegarde de l’espèce. Le CORIF teste depuis 2008 la mise en place de mesures agro-environnementales favorable à l’espèce (programme PRAIRIE-Chevêche-78), et va lancer en 2010 un recensement standardisé des populations (si vous avez un peu de temps à y consacrer n’hésitez pas à nous contacter, il suffit d’avoir une voiture et un lecteur de CD portable…).

© corif

Photo © Corif