Haut de page

Photothèque
Sonothèque
Bibliothèque
Saisir vos observations
L'espèce du mois

La Linotte mélodieuse

Elle est très remuante. Allons voir si elle n'en fait qu'à sa tête...

Espèce du mois
Lire la suite...
Photothèque Sonothèque Bibliothèque Saisir vos observations L'espèce du mois
L'espèce du mois

Le Gazé

Un commun bien particulier ...

Le Gazé, Aporia crataegi. Classe des Insectes, Ordre des Lépidoptères, Famille des Pieridae.

La grande famille des Piérides

Parmi l'ordre des Lépidoptères, dont la forme adulte est communément appelée papillon, le sous-ordre des Rhopalocères regroupe les papillons de jour. Mais parmi les papillons à activité diurne un certain nombre sont classés dans le sous-ordre des Hétérocères (papillons de nuit)…
Notre Gazé est bien un "rhopalo", et fait partie de la vaste famille des Piérides qui compte environ 1200 espèces dans le monde.
En Europe, cette famille est bien représentées et contient plusieurs espèces très communes, certaines sont mêmes considérées comme "ravageuses" (Piéride du chou et Piéride de la rave).

© C. GLORIA / CORIF

Photo © C. GLORIA / Corif

Comment le reconnaître...

Les Piérides sont de taille moyenne et présentent une couleur de fond claire souvent ornée de dessins sombres sur le bord externe des ailes.
Le Gazé, aussi appelé Piéride de l'Aubépine, est aisément reconnaissable grâce à ses nervures noires très visibles. Il se distingue également grâce à ses ailes translucides dépourvues de dessins alaires.
La femelle est plus terne que le mâle, et ses ailes antérieures sont faiblement écailleuses et plus translucides.
D'une envergure comprise entre 58 et 66 mm, le Gazé est univoltin, c'est-à-dire qu'il n'a qu'une génération par an.
Sa période de vol est donc relativement courte, elle s'étend en général de fin mai à début juillet.

© A. BLOQUET / CORIF

Photo © A. BLOQUET / Corif

Et les œufs...

La ponte, disposée en plaque, est déposée sur le feuillage de Rosacées comme les Aubépines (Crataegus), les Sorbiers (Sorbus), le Prunellier (Prunus spinosa) et sur divers arbres fruitiers. Les chenilles se développent ensuite en groupe sur la même plante, considérée ainsi comme plante-hôte (plante nourricière de la chenille).

Un papillon sensible

A l'âge adulte (imago), le Gazé fréquente les haies, pelouses et prairies arborées ou colonisées par des Rosacées arbustives.
Mais la forte régression des haies en France est une des causes du déclin de ce beau papillon dont la chenille est également très sensible aux traitements phytosanitaires.
Ainsi, le Gazé comme l'ensemble des Rhopalocères, constitue un excellent indicateur de la qualité des habitats, car ils dépendent à la fois de tout un cortège de plantes nourricières (herbacées, arbustes ou jeunes plants de feuillus) utilisées lorque les papillons sont à l'état larvaire, de fleurs nectarifères pour les imagos et de micro-habitats tels des points d'eau (bords de cours d'eau, flaques, mares), abris hivernaux (arbres creux, bois mort, lierre...), lisières, clairières, sommets de collines ensoleillés, pour des besoins multiples...

Papillon protégé

En Île-de-France, le Gazé est signalé en forte régression depuis le début des années 1980 ; il bénéficie d'une protection régionale au titre de l'arrêté du 22 juillet 1993.
Il est également inscrit sur la liste des espèces déterminantes de Zone Naturelle d'Intérêt Écologique, Faunistique et Floristique (ZNIEFF).

Pour en savoir plus :

DOUX, Y. & GIBEAUX C. (2007). Les papillons de jour d'Ile-de-France et de l'Oise, Biotope, Mèze, (Collection Parthénope) ; Muséum national d'Histoire naturelle, Paris, 288 p.