Haut de page

Photothèque
Sonothèque
Bibliothèque
Saisir vos observations
L'espèce du mois

Le Barbastelle d'Europe

Une chauve-souris pas si commune...
Suivons les ailes de la nuit...

Espèce du mois
Lire la suite...
Photothèque Sonothèque Bibliothèque Saisir vos observations L'espèce du mois
L'espèce du mois

Le Grand Cormoran

Le Grand Cormoran, Phalacrocorax carbo. Famille des Phalacrocoracidés.

Un bel exemple d'adaptation

Grand cormoran

Grand Cormoran
Photo © Dominique Robert / Corif

Il semble indispensable de s'attarder quelque peu sur la physiologie et la morphologie du Grand Cormoran : il s'agit d'un pêcheur, qui doit donc être capable de meilleures performances que ses proies. Ceci nécessite quelques adaptations remarquables permettant de limiter la poussée verticale de l'eau lors des plongées : notre "corbeau marin" est équipé d'un squelette moins pneumatisé que les espèces "terrestres", ses sacs respiratoires sont plus petits ; le plumage, déjà compact, est encore resserré contre le corps avant la plongée afin de réduire le volume d'air emprisonné sous les plumes.

Le Cormoran peut ainsi nager immergé avec la seule tête hors de l'eau. Contrairement aux idées reçues, le Grand Cormoran possède une glande uropygienne normalement développée (à la base de la queue) et utilisée pour l'entretien du plumage. En revanche, la sécrétion grasse ne permet pas d'assurer l'imperméabilisation du plumage ; sa perméabilité est due à la microstructure des plumes (la grande distance entre les barbes permet la pénétration de l'eau) et au fait que les rémiges ne sont pas pliées comme dans une poche (elles se mouillent en contrepartie de la réduction de la poussée verticale dans l'eau).

La résistance à l'eau est encore amoindrie par la silhouette élancée et cylindrique de l'animal et par ses pattes aplaties latéralement. Les grands pieds palmés assurent une propulsion énergique tandis que la queue sert de gouvernail. Les yeux jouent un rôle important dans la localisation des proies, en revanche on ne sait pas si la vision est suffisante quand le milieu est sombre (profondeur) ou trouble. Le bec est adapté à la capture du poisson et la structure du crâne lui permet une grande ouverture.

Plus qu'un "redoutable prédateur", le Grand Cormoran est un merveilleux exemple d'évolution et d'adaptation du monde animal...

Grand cormoran

Auprès de mon arbre je vivais heureux...
Photo © Dominique Robert / Corif

Un oiseau à l'instinct grégaire... tant en période de nidification ...

Le Grand Cormoran est un oiseau grégaire ; tant en saison de reproduction qu'en hiver.
En saison de nidification, il forme des colonies de taille variable localisées de manière bien précise. Il s'agira de secteurs en partie soustraits à la prédation, comme des îles boisées. L'espèce y confectionne un nid volumineux composé de branchages et de divers débris. Les futurs oiseaux nicheurs y entament des parades spectaculaires, accompagnés de vocalises gutturales ; toute une ambiance… !
Les jeunes sont nidicoles ; ils demeurent donc sous une étroite dépendance vis-à-vis de leurs parents pour la nourriture, la protection contre les prédateurs ou les conditions météorologiques difficiles.

... qu'en hiver

En hiver également, cet oiseau conserve sa nette prédilection pour le groupe. Il compose ainsi des dortoirs ; des rassemblements crépusculo-nocturnes sur de grands arbres toujours à l'abri d'éventuels prédateurs. En journée, il fréquente les plans d'eau et rivières ou il est alors possible de l'observer nageant, pêchant où les ailes déployées dans une posture typique.

Grand cormoran

Grand Cormoran au pressing...
Photo © Dominique Robert / Corif