Haut de page

Photothèque
Sonothèque
Bibliothèque
Saisir vos observations
L'espèce du mois

Le Faucon hobereau

Venez découvrir cet élégant faucon élancé...

Espèce du mois
Lire la suite...
Photothèque Sonothèque Bibliothèque Saisir vos observations L'espèce du mois
L'espèce du mois

La Perruche à collier

Un oiseau sans frontière.

La Perruche à collier, Psittacula krameri . Famille : Psittacidae.

La Perruche à collier fait partie de l'ordre des Psittaciformes, plus connu sous le terme générique de perroquet, et appartient à la famille des Psittacidae au même titre que les aras et les inséparables.

Description :

La Perruche à collier est une perruche d'une taille relativement grande, avec une longueur de 38 à 42cm, une envergure de 42 à 48 cm, et un poids compris entre 95 et 140g. Elle peut vivre de 20 à 30 ans.
Elle est facilement reconnaissable (surtout dans nos latitudes où elle est unique) grâce à son plumage vert clair, sa longue queue graduée et son bec crochu, large et arrondi, de couleur rouge rose avec une pointe noire. Les rémiges sont vert foncé au-dessus et grises en dessous. Les rectrices centrales vert bleuâtre et les sous caudales teintées d'ocre.
Le mâle possède une bavette noire, et un demi-collier noir, bordé à l'arrière d'une étroite ligne rose qui s'allonge à travers la nuque, au-dessous d'un léger croissant mauve-bleu. On distingue également une fine ligne noire entre les deux yeux, passant au-dessus du bec.
La femelle, elle, est plus unie. On peut seulement distinguer un léger collier vert-émeraude. Le juvénile lui ressemble mais a un plumage aux tons plus jaunes, une queue plus courte et un bec rose au bout clair.

Les perruches à collier sont également identifiables à leurs cris stridents qu'elles émettent perchées ou en vol.

© JP.MERIAUX

Photo © JP. Meriaux / Corif

Milieu de vie :

Les perruches à collier fréquentent une grande variété d'habitats. Dans leurs pays d'origine, on les trouve dans des paysages allant des semi-déserts jusqu'aux jungles secondaires semi-clairsemées, principalement dans les régions de faible altitude. De manière générale, elles sont présentes dans les bois et plaines boisées, humides ou sèches.
En France, on les retrouve beaucoup aux abords des villes, dans les parcs urbains, les jardins et les zones cultivées.

Régime alimentaire :

Le régime alimentaire de la Perruche à collier est essentiellement granivore-frugivore. En effet ces oiseaux se nourrissent de céréales, fruits, baies, bourgeons, fleurs et nectar.

© J.HENON

Photo © J. Hénon / Corif

Reproduction et nidification :

La Perruche à collier commence à se reproduire dès le mois de Janvier et jusqu'au mois de juin. Le nid est placé dans une cavité d'arbre situé entre 3 et 10 mètres de hauteur.
En ville les perruches arrivent à s'adapter en utilisant d'autres types de cavités disponibles et situées en hauteur, comme une façade d'un rocher, une crevasse dans un mur, sous un toit, etc. Elles nichent en colonies lâches.
La couvée est composée de 3 ou 4 œufs que la femelle couvera de 21 à 24 jours, assistée partiellement par le mâle.
Après éclosion le nourrissage et l'élevage des jeunes, assurés principalement par la femelle, durera de 40 à 50 jours. Le plumage adulte apparaitra à 18 mois et sera complet à 38 mois.

© JF.MAGNE

Photo © JF. Magne / Corif

Comportement :

La Perruche à collier est opportuniste, et dotée d'une grande capacité d'adaptation. Sédentaire dans ses aires d'origine, c'est un oiseau grégaire, tant pour l'alimentation, la reproduction que les rassemblements nocturnes. On le retrouve ainsi souvent en groupes de taille plus ou moins grande. Mais après la nidification, les colonies se dispersent.

Un perroquet en Ile-de-France ?

Originaires des forêts tropicales d'Afrique subsaharienne (de l'ouest à l'est) et d'Inde (depuis le Pakistan jusqu'à la Birmanie), elles sont aujourd'hui couramment vues en Ile de France… mais pas seulement !
Aujourd'hui, plus d'une trentaine de pays accueille des populations sauvages de Perruche à collier, dont une douzaine rien qu'en Europe.

Et ce n'est pas nouveau !
Issus de captivité, des individus qui se sont échappés ou ont été relâchés volontairement se sont adaptés, installés et reproduits pour former des populations férales. Et cela a commencé en Angleterre en 1969.
Les premières observations de la Perruche à collier en Ile-de-France, elles, datent de 1974. Les premières reproductions ont été observées en 1990 et, depuis, le nombre de sites de reproduction a régulièrement augmenté en Ile-de-France, avec une explosion entre 2003 et 2009.

©

Sites de reproduction observés en Ile-de-France entre 2010 et 2014.
Source : http://perruche-a-collier.fr/presentation/proliferation-et-dispersion

Responsable d'impacts sur la faune locale ?

Si certains apprécient l'exotisme de cette espèce, nombreux sont les franciliens inquiets ou interrogatifs sur la présence et l'augmentation des populations en Ile-de-France, notamment à propos de leur impact.
Tout d'abord, notons que les impacts d'une espèce sur un écosystème ou sur la faune indigène sont toujours difficiles à établir, tant les interrelations entres espèces peuvent être nombreuses et se combiner entre elles.
Enfin, rappelons que cette espèce s'est adaptée naturellement dans nos régions.

S'il fallait relever des impacts, nous pourrions citer ceux-ci : En tant qu'oiseau cavernicole, les Perruches à collier nichent aux mêmes endroits que certaines espèces comme les Pigeons colombins, Etourneaux sansonnet ou encore les Sittelles torchepot.
Elles peuvent donc rentrer en concurrence pour l'accès aux cavités, d'autant qu'elles s'installent très tôt dans l'année (dès fin janvier).
Par ailleurs, elles peuvent faire preuve d'agressivité pendant la nidification envers certaines espèces. C'est ainsi qu'on peut observer des poursuites entre des perruches et des écureuils par exemple. Mais elle n'est à priori la cause d'aucune concurrence mettant en danger des populations d'espèces indigènes.
Une autre inquiétude de la part de gestionnaires agricoles provient de son statut de ravageur de culture connu dans son aire d'origine.
Cependant, même si elles peuvent causer des dégâts sur les arbres fruitiers des jardins privés, il n'y a pour le moment aucune plainte de la part de producteurs de fruits.

Bibliographie

Le guide ornitho, Lars Svensson (trad. Guilhem Lesaffre et Benoît Paepegaey), - Editions Delachaux et Niestlé.

http://www.oiseaux-birds.com/fiche-perruche-collier.html

http://www.oiseaux.net/oiseaux/perruche.a.collier.html

http://perruche-a-collier.fr