Haut de page

Photothèque
Sonothèque
Bibliothèque
Saisir vos observations
L'espèce du mois

Le Barbastelle d'Europe

Une chauve-souris pas si commune...
Suivons les ailes de la nuit...

Espèce du mois
Lire la suite...
Photothèque Sonothèque Bibliothèque Saisir vos observations L'espèce du mois
L'espèce du mois

Le Loup

Une légende vivante

Le Loup, Canis lupus, Classe des Mammifères, Ordre des Carnivores, Famille des Canidés.

Un peu d'histoire...

Après Maître Renard présenté précédemment dans les espèces du mois, place à son acolyte Ysengrin le loup.
Perçu comme un prédateur parmi d'autres, vénéré en Grèce ou en Egypte, et même à l'origine de la fondation de Rome (la louve qui allaita Remus et Romulus), c'est avec l'essor de la chrétienté à la fin de l'antiquité et lors du Moyen-Age que le loup cristallisa toutes les représentations inconscientes des peurs de l'homme.
Animal nocturne pouvant s'attaquer aux brebis qui sont aussi l'image des chrétiens dans les Saintes Ecritures, il devient une créature diabolique....
La littérature s'empara vite de cette image maléfique et voila comment naquit le Grand Méchant Loup de nos contes de fée.

© C.JOULOT

Photo © C.Joulot / Corif

Son look

En réalité sieur Ysengrin est le plus grand des canidés (60-90 cm au garrot pour un poids de 15 à 50 kg) et est aussi l'ancêtre de nos chiens.
Il ressemble d'ailleurs à un gros chien de berger, avec des oreilles triangulaires dressées, des yeux obliques jaune d'or, une queue touffue à la pointe noire et une fourrure allant du gris au noir, avec le menton et la gorge souvent plus claire.

La meute, il n'y a que ça de vrai !

Animal social, il vit et chasse en meute (généralement moins de huit individus), sur un territoire de 250 à 300 km², avec une hiérarchie très stricte, à la tête de laquelle se trouve un couple dominant, souvent le seul à avoir accès à la reproduction.
La saison des amours commence au milieu de l'hiver afin de permettre, après deux mois de gestation la naissance de 3 à 8 louveteaux, aveugles comme nos chiots ils ouvriront les yeux à 10 jours.
Les femelles mettent bas dans des tanières isolées, et les autres membres de la meute participent à l'élevage et à l'éducation des petits. Ils commenceront à apprendre à chasser vers 2-3 mois et resteront avec la meute au moins jusqu'au printemps suivant.
Ils vivront 8 à 16 ans. La maturité sexuelle intervient à trois ans pour les mâles, à deux ans pour les femelles.

© C.JOULOT

Photo © C.Joulot / Corif

A la table du loup...

Les loups sont des carnivores, ils chassent donc les mammifères de tailles moyennes, surtout les ongulés mais aussi de plus petits animaux comme les lièvres ou les lapins.
Ils peuvent aussi manger des charognes et ajouter des fruits ou quelques moutons mal gardés à leur régime alimentaire...

Le retour du loup

Présent dans une grande partie de l'Europe, allant de la Russie à l'Espagne, en passant par l'Italie et le Portugal, le loup a disparu de France dans les années 1930 avant d'être ré-observé en 1992 dans le Parc Naturel National du Mercantour.
Il est revenu naturellement à partir des meutes présentes en Italie et n'a jamais fait l'objet de relâchers ou de réintroductions. Depuis la présence du loup est connue dans une trentaine de départements essentiellement dans les régions Languedoc-Roussillon, Rhône-Alpes et Provence-Alpes-Côte d'Azur, mais aussi plus au nord est en Franche-Comté, Alsace et Lorraine.

© C.JOULOT

Photo © C.Joulot / Corif

Sauvegarde d'une espèce emblématique, pas si simple...

Le loup est une espèce protégée (arrêté du 23 avril 2007), inscrit aux annexes 2, 4 et de la Directive Habitat (espèce prioritaire d'intérêt communautaire strictement protégé) et à l'annexe 2 de la Convention de Berne.
Cependant en raison d'attaques pouvant subvenir sur les troupeaux, des dérogations sont possibles permettant des tirs.
Elles peuvent se faire sous trois conditions :
- L'absence de solution satisfaisante (chiens de protection, mise en clôtures nocturnes, gardiennage,..)
- Des dommages importants aux troupeaux
- Ne pas nuire à l'état de conservation favorable de l'espèce dans son aire de répartition annuelle.
Elles sont, de plus, encadrée par des arrêtés ministériels qui précisent entre autres les départements où ces dérogations peuvent être accordées (une vingtaine), et le nombre maximum de loups pouvant être détruits (ce qui ne correspond nullement à un quota à atteindre…).

Vigilance de rigueur

De nombreuses associations, dont notre fédération, FNE, suivent attentivement la prise des arrêtés préfectoraux autorisant les tirs, et le strict respect des obligations légales en la matière.
En Ile-de-France, le loup n'a pas encore été observé, les contacts les plus proches se situent en Haute-Marne et dans l'Aube.
On peut cependant envisager qu'il pourra être contacté dans les années à venir dans les franges rurales de notre région. Il peut tout à fait y avoir sa place, et le Corif saura être présent pour défendre une juste vision de la problématique dans le respect de la réglementation en vigueur.

Un grand merci à FNE et à Christian Joulot pour les magnifiques photos (ce ne sont pas des loups français).