Haut de page

Photothèque
Sonothèque
Bibliothèque
Saisir vos observations
L'espèce du mois

Le Pouillot véloce

Tellement rapide qu'on n'a pas eu le temps de l'intercepter... Allons le découvrir en totalité...

Espèce du mois
Lire la suite...
Photothèque Sonothèque Bibliothèque Saisir vos observations L'espèce du mois
L'espèce du mois

Le sonneur à ventre jaune

Pile ou face, il cache bien son jeu

Le sonneur à ventre jaune, Bombina variegata , famille des Bombinatoridae.

Champion du camouflage ou exhibitionniste ?

Avec son petit gabarit, c'est un concentré de surprises

Pouvant mesurer jusque 6 cm, et peser jusque 15 g, le sonneur à ventre jaune est très facilement reconnaissable.
Voyez ces pupilles en forme de cœur.
Voyez ce dos d'un gris terne, orné de verrues, si difficile à distinguer dans son milieu naturel.
Voyez ce ventre jaune vif taché de noir. "Je suis toxique !" indiquent ces couleurs vives, dévoilées en cas de danger dans le but d'effrayer ou de dissuader l'assaillant.
Le sonneur n'a cependant pas peur de mettre sa menace à exécution dans le cas d'un agresseur insistant : il libère alors un liquide visqueux, irritant et à l'odeur repoussante pour s'en débarrasser.

Contraste alimentaire

Tandis que le tétard est végétarien se nourrissant en particulier d'algues, l'adulte lui se régale notamment de petits coléoptères, de vers.

© COATMEUR J.

Photo © J. Coatmeur / Corif

Sonneur en sourdine

Observable de jour comme de nuit, cet amphibien anoure, de la famille des Bombinatoridae, peut donc choisir de passer totalement inaperçu ou d'exhiber ses couleurs.
Mais malgré sa discrétion, on peut l'entendre chanter, ou du moins japper.
Cependant, son chant n'a qu'une faible portée, la faute à l'absence de sacs vocaux chez le mâle. Alors, tendez bien les oreilles !

Mais où se cache-t-il?

Pour l'observer, durant sa période de reproduction (d'avril à août), il faut plutôt chercher du côté de petits points d'eau souvent stagnants, peu profonds, temporaires et avec peu de végétation : ornières, zone de piétinements d'animaux, mares prairiales. Ces zones sont très régulièrement proches de boisements, qui constituent son habitat terrestre le plus courant.

Mais attention ! Vous pouvez l'observer mais en aucun cas l'emporter!

Sonneur en danger

En effet, cette espèce est fortement protégée : inscrite en tant que vulnérable sur la Liste Rouge Nationale et listée aux annexes II et IV de la Directive Habitats-Faune-Flore.
En France, cette espèce aurait disparu de certains territoires, comme la façade méditerranéenne ou une très grande partie de la région Aquitaine.
Ce déclin, dû majoritairement à la fragmentation et disparition de ses habitats de prédilection, peut aussi être lié à la perturbation des sites de reproduction : écrasement des œufs, têtards ou adultes ou encore assèchement du milieu.

Une carte d'identité tatouée à même le corps

Faisant l'objet d'une surveillance accrue, des suivis des populations françaises sont effectués. De quelle manière ?
Ce petit amphibien nous facilite bien la tâche puisque la disposition de ces dernières sur leur ventre jaune est unique pour chaque individu.
Une photo, et l'individu est répertorié !

© GLORIA C.

Le dos du sonneur à ventre jaune
Photo © C. Gloria / Corif

© GLORIA C.

Le plastron ventral, véritable carte d'identité
Photo © C. Gloria / Corif

Et en Île-de-France ?

Auparavant présentes en Seine-et-Marne, Val d'Oise, Essonne et Yvelines, les populations d'Île-de-France n'ont pas échappé au déclin général.
Aujourd'hui, les sites connus se trouvent majoritairement en Seine-et-Marne, mais quelques-uns sont répertoriés dans le Val-d'Oise. Cependant, la connaissance des populations franciliennes reste à améliorer !